Partagez | .
 

 There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦♦♦
Im Je Ha

avatar

Messages : 26
That's where I live : Tadanashi ~
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥   Lun 19 Fév - 16:59


"There is a first time for everything"
ft. Aoki ♥



Sortir avec quelqu’un, Je Ha ignorait ce que c’était mais comme le disait si bien le dicton, il fallait une première à tout. Changer ses habitudes n’était pas une chose simple et ça l’était encore moins lorsqu’il sortait le soir sans pouvoir toucher qui que ce soit sous prétexte qu’il était réservé qu’à une seule personne. Pour lui qui occupait la grande majorité de son temps en charmante compagnie, il fallait comprendre que c’était difficile de s’adapter à une vie qui n’avait jamais été la sienne. Ce n’était pas tant à cause du manque néanmoins partager une nuit avec quelqu’un, ça lui permettait principalement d’occuper son esprit, ça lui permettait pendant un temps d’oublier ce passé misérable qui lui collait à la peau. Mais à présent, il devait remplacer le plaisir par autre chose parce que s’il y avait bien une chose qu’il avait conscience, c’était que lorsqu’on était en couple, on ne devait pas aller voir ailleurs et ce, peu importait l’excuse qu’on avait pour l’avoir fait. Puis, Aoki en serait extrêmement blessé n’est-ce pas ? Ils n’étaient même pas ensemble que celui-ci lui avait paru si blessé que ça avait réussi à l’inquiéter et l’attendrir... Il ne connaissait pas grand chose de ce garçon, hormis ses marques à son poignet et l’innocence dont il faisait preuve à chaque fois qu’ils se voyaient, Je Ha ne savait rien de sa vie. Pourtant, l’étudiant avait été la première personne à le rendre curieux, à le toucher en plein coeur là où personne n’était parvenu par le passé. Le pourquoi, lui avait ressenti l’envie d’essayer cependant ça ne signifiait pas que les choses étaient simples... Il avait besoin de se changer les idées, de se perdre ailleurs que dans ce monde minable dans lequel ils vivaient et s’il ne pouvait plus le faire dans les bras de quelqu’un d’autre, c’était dans l’alcool et la drogue que le jeune homme s’était réfugié. Ce n’était pas une si grande surprise, après tout, il était tombé là-dedans depuis si longtemps déjà, qui est-ce que ça étonnerait d’apprendre que ce garçon était un accro à la cocaïne ou dieu ne savait quel autre substance illégale ? Il ne le vivait pas mal. Il était habitué et il n’avait malheureusement aucunement l’intention de changer qui il était. Il ne s’empêchait pas de sortir le soir, de continuer à fréquenter des mauvaises personnes ni de se battre si on le cherchait de trop près. Certains racontaient que l’amour pouvait changer un homme alors qui savait, peut-être qu’à l’avenir, Je Ha ne serait plus un tel individu toutefois lui n’était pas en mesure d’y croire. Sa vie avait déjà touché le fond depuis tellement longtemps, en quoi un nouvel arrivant pourrait-il le tirer des ténèbres dans lesquels lui séjournait depuis toutes ses années ?

Hors, malgré ses réflexions déraisonnables, ça ne le bloquait pas dans son présent, il continuait comme il l’avait toujours fait. Et parce que Aoki lui avait gentiment proposé de passer à son appartement, Je Ha n’avait pas eu l’envie de passer à côté de cette opportunité de voir celui qu’il pouvait désormais nommer comme son petit ami. Ca aussi d’ailleurs, n’était-ce pas bizarre ? Il n’était pas encore en mesure de dire ouvertement qu’il avait quelqu’un dans sa vie parce que ça lui paraissait si invraisemblable qu’il ne parvenait pas à réaliser. N’importe qui le connaissant devrait en rire n’est-ce pas ? Le grand Je Ha qui n’éprouvait aucune honte à draguer la première personne qui passait, le voilà casé avec un étudiant qui était, autant dire, son total opposé. Un détail qui n’avait pas l’air de le déranger apparemment puis c’était vrai, il y avait des sentiments, des relations qu’on n’expliquait pas... Lui n’avait pas pu contrôler les émotions qui l’avaient parcouru après avoir partagé une nuit à ses côtés, après avoir accepté de le revoir encore et encore. Aoki était comme un aimant, il l’attirait tellement sans qu’il ne soit en mesure d’en donner les raisons de cette attirance.

Enfin arrivé, ses doigts appuyèrent sur la sonnette alors qu’il attendait que l’étudiant de vienne lui ouvrir. Et si on lui avait dit que la personne qui l’accueillerait serait tout sauf le jeune homme qu’il espérait voir, qu’elle serait plus âgée que cette dernière puis qu’il s’agissait en vérité du grand frère, Je Ha aurait attendu avant de sonner. Il serait venu plus tard quand Aoki lui aurait confirmé qu’ils étaient bel et bien seul mais... C’était raté. Il n’était pas le genre à stresser pour ce type de situation, il n’en avait que faire de ce que l’aîné songeait de lui, il avait l’habitude d’être jugé et celui-ci n’avait de toute façon pas son mot à dire sur la situation. Néanmoins, malgré tout, un petit peu, vraiment un tout petit peu, même s’il n’avait rien laissé exprimer, Je Ha s’était senti déstabilisé en le voyant. Il s’agissait également d’une première... Il n’avait jamais rencontré la famille d’une personne qu’il avait pu côtoyer donc c’était bizarre. « Vous êtes Ryota n’est-ce pas ? » Echappa-t-il dans un sourire après avoir salué son vis-à-vis. Au moins, on ne pouvait pas lui reprocher de tourner autour du pot, il allait toujours à l’essentiel. Sa franchise le tuerait certainement un jour. « Je me suis peut-être trompé. » Ou pas. « Est-ce que Aoki est là ? »  Lui, il cherchait réellement les problèmes, ce n’était pas croyable autrement.





_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sugawara Aoki

avatar

Messages : 23
Age : 24
That's where I live : Juhei
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥   Lun 19 Fév - 20:01


Je Ha & Aoki

there is a first time for everything


C'était quelque peu étrange de se dire qu'il avait un petit-ami. Un partenaire. Un compagnon. C'était quelque chose qu'il ne pensait plus vraiment possible. Ou du moins pas avant un long moment. C'était étrange d'y penser, de songer qu'il n'était plus célibataire. Il n'avait pas cru que cela pourrait encore se faire. Pas avec quelqu'un comme lui. Pas avec quelqu'un d'aussi sale que lui. Il pensait que personne ne voudrait récupérer les débris qu'il était. Il ne pensait pas non plus que quelqu'un accepterait de partager un petit morceau d'existence en sa compagnie. Il ne savait pas combien de temps durerait ce morceau-là avec Je Ha. S'il n'allait s'étendre que sur quelques semaines ou quelques mois, ou s'il pouvait durer plus longtemps encore. Il préférait ne pas trop se poser la question et vivre chaque journée comme elle venait. Il ne voulait pas penser à demain parce que d'une certaine façon, c'était effrayant. C'était une inconnue, une donnée que l'on ne connaissait pas, bien que l'on ne pouvait connaître « aujourd'hui » non plus. Il essayait de ne pas trop se prendre la tête avec les jours d'après, se concentrant sur le jour qu'il était en train de vivre. Tout pouvait prendre fin d'un instant à l'autre, il en avait bien conscience.
Je Ha l'avait accepté avec ses cicatrices sans comprendre d'où elles venaient. Il l'avait accepté sans connaître la raison de leurs présences sur ses poignets ni pourquoi il avait tenté de mettre fin à sa vie. Il l'avait accepté, et cela représentait énormément. Probablement bien plus que Je Ha ne pouvait le penser. Cela le rendait plus spécial encore. Plus unique qu'il ne pouvait déjà l'être. Aux yeux de tous mais surtout aux yeux d'Aoki, qui le voyait de plus en plus comme ce nouveau souffle. Comme une brise légère et agréable. Comme une odeur sucrée. Comme une chaleur apaisante. Il savait cependant bien que même Je Ha avait ses limites. Il se doutait bien qu'un passé comme le sien n'était pas une chose facile à porter. Il se doutait bien que ce n'était pas évidemment de vouloir l'aider à le supporter. Qu'il fallait de la volonté, de la force et du courage, mais qu'il fallait aussi tenir énormément à lui pour passer au-dessus de ça. Il y avait certainement peu de personnes capable d'une telle chose, et il ne pouvait pas placer tous ses espoirs en Je Ha. Encore une fois, c'était lui attribuer un rôle qu'il n'avait pas demandé. C'était lui coller une étiquette dont il ne voulait pas forcément. Il ne pourrait pas le forcer à accepter son histoire. Il ne pouvait forcer personne à le faire, mais il ne pouvait pas s'empêcher de se dire que Je Ha serait peut-être la seule personne pouvant effacer tout ça. La seule personne devant laquelle il pouvait tomber le masque et être qui il voulait réellement sans avoir peur d'être jugé ou critiqué. Néanmoins, il n'oubliait pas non plus l'idée où Je Ha s'en allait. L'espoir où il restait à ses côtés en apprenant ce qu'il avait vécu était une vision utopique et naïve de la vie et de ses conséquences. Il y croyait sans vraiment y croire. Il en avait envie, mais il savait que c'était comme essayer de toucher les étoiles. C'était idiot, c'était maladroit et irréalisable. Je Ha avait ses limites, bien que le personnage qu'il était n'en donnait pas l'impression, et sans doute que l'histoire d'Aoki serait l'une d'elles. Il était peut-être naïf, mais il n'était pas idiot au point de croire que le plus âgé ne partirait pas en découvrant qui il était ou plutôt, qui il avait été. Je Ha s'en irait en apprenant ce qu'on lui avait fait subir. C'était une trop grande responsabilité à accepter. Car cela voulait dire qu'on acceptait tout de lui. Son passé, comme son présent et son possible avenir. Que l'on acceptait de savoir qu'il avait été sali, et qu'il était toujours sali par ces mains baladeuses. Que l'on acceptait que ce passé ferait toujours parti de sa vie quoi qu'on puisse en dire, il ne pouvait pas oublier. Que l'on acceptait ce qu'il avait subi et les conséquences de ces actes sur la personne qu'il était actuellement. Que l'on acceptait que ces événements l'avaient conduit à vouloir tout arrêter. Que ces événements étaient la cause de ses maux, de son mal-être. Cela impliquait bien trop de choses, et c'était bien trop fort et trop lourd à porter. Il le savait. Lui-même avait du mal parfois. Alors il comprenait bien que cela pouvait être totalement impossible à approuver. Il comprenait bien que cela pouvait en faire partir plus d'un.

Installé à la table basse du salon, ses cours parfaitement éparpillés devant lui, son crayon grattait lentement le papier. Son visage était étiré dans une moue concentrée, ses lèvres étaient pincées et ses sourcils quelque peu froncés. Il remonta ses lunettes dans un faible soupir avant de jeter un bref coup d’œil à l'heure. Ryota allait partir au travail, et lui en avait profiter pour inviter Je Ha à venir à l'appartement – avec l'accord de son aîné bien évidemment. Aoki ne se serait pas permis de faire les choses autrement. Il patientait donc sagement qu'il soit l'heure tout en continuant à relire ses cours, annotant quelques informations importantes sur la feuille face à lui.
Puis on sonna, et ce fut Ryota qui, après avoir adressé un signe à Aoki lui signalant de rester assis et de continuer à travailler, alla ouvrir la porte, un léger sourire aux lèvres. Sourire qui se transforma dans une moue confuse, un sourcil s'arquant soigneusement alors que ses prunelles jaugeaient le personnage singulier face à lui. Ses yeux se plissèrent un instant. D'où il le connaissait ? Il ne le connaissait pas lui, et il était certain de ce qu'il avançait. Il s'en souviendrait s'il avait croisé quelqu'un comme lui. « Je crois que oui », qu'il déclara, prêt à refermer la porte puisque c'était certain qu'il s'était trompé. Il n'avait rien à faire là de toute évidence, mais ses mots suivants lui firent écarquiller les yeux. Il connaissait Aoki ? Ses sourcils se froncèrent, son bras retenant plus fermement le morceau de bois. « Qu'est-ce que vous lui voulez ? », demanda-t-il, son regard se faisant un peu plus dur. Aoki avait des problèmes et il ne lui avait rien dit ? Il avait le don pour se mettre dans des situations délicates, il n'en serait pas très étonné mais tout de même... « Je veux pas savoir ce que vous lui voulez en fait », il bougea rapidement ses épaules, « Mais laissez-le tran... » « C'est qui ? », le coupa une voix derrière lui, « C'est Je Ha ? Il est arrivé ? Il est là ? », trop de questions. « Aïe », Ryota se pinça les lèvres avant de murmurer un petit « Attention... » dans un soupir non contenu. Aoki allait se tuer un jour. Il s'était encore fait mal comment d'ailleurs ? « Coucou », que le plus jeune prononça, un sourire aux lèvres, le regard rivé sur Je Ha alors qu'il arrivait près d'eux. « Coucou ? », Ryota eut une rapide grimace perdue. Comment ça coucou ? « Coucou », que répéta Aoki, le visage penché sur le côté dans un petit air confus, avant qu'il ne bouge légèrement ses épaules et qu'il repose toute son attention sur Je Ha. « Entre, entre », qu'il lui déclara, Ryota se poussant instinctivement pour le laisser passer quand Aoki ouvrit un peu plus la porte. Mais que... ? L'aîné cligna rapidement des yeux, totalement perturbé, encore plus quand il observa son petit frère déposer un rapide baiser sur les lèvres du nouvel arrivant. Mais que... !? « Ah. Je te présente donc Je Ha, mon petit-ami », qu'Aoki se mit à dire dans un sourire bienheureux et dans une voix innocente « Et je te présente Ryota, mon frère », qu'il adressa à Je Ha dans le même ton avec la même esquisse présente sur sa bouche.
Et la seule chose qu'il fut capable de répondre fut un « Quoi ? » étranglé, le regard rivé sur Je Ha dans un air totalement effaré.
AVENGEDINCHAINS



_________________
all it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Im Je Ha

avatar

Messages : 26
That's where I live : Tadanashi ~
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥   Lun 19 Fév - 20:54


"There is a first time for everything"
ft. Aoki ♥



C’était incroyable à quel point les gens pouvaient juger sur l’apparence d’une personne, sur son passé ou encore, d’où elle provenait. Sous prétexte que celle-ci avait des piercings aux oreilles, des tatouages sur tout le corps, ça faisait d’elle quelqu’un de mauvais ? Sous prétexte que son père était un criminel, cela voulait dire que lui aussi ? Tous étaient pareils, c’était pitoyable et honnêtement si son vis-à-vis n’était pas le frère de l’étudiant, peut-être que le jeune homme l’aurait déjà frappé en plein visage rien que pour lui donner une raison véritable de le détester. Parce que franchement, se mettre à le stéréotyper rien qu’à cause de son physique, c’était petit. Evidemment Je Ha ne déclarait pas être un saint, qu’il n’avait jamais fait d’erreur et qu’il était irréprochable toutefois il n’avait jamais attaqué un innocent pour son propre bien non plus. Il ne restait qu’en compagnie des gens comme lui, il ne se rendait que rarement dans les quartiers plus aisés et il ne se mêlait pas de la vie des autres. Aoki était l’exception... Aoki était ce garçon qui avait réussi à l’intriguer, à le rendre curieux mais surtout à le sortir de cette routine dans laquelle il vivait auparavant. Comment oserait-il lui faire du mal ? Et pour quelle raison tout d’abord ? Avait-il l’air aussi effrayant que ça ? Est-ce que son interlocuteur avait pu voir en lui ce qu’il n’avait jamais révélé à personne depuis son arrivée sur l’île ? Il n’était pas son père... Il avait certes un esprit rebelle, il se battait souvent et se droguait, toutefois il n’avait jamais cherché à blesser volontairement quelqu’un qui ne lui avait rien fait. Encore moins une personne aussi innocente et fragile que semblait l’être l’étudiant. Alors qu’on lui pardonne de se sentir vexé et agacé qu’encore une fois, on se permette de le juger sans même le connaître... Il avait subi ça pendant tellement d’années et la réaction de Ryota montrait clairement que peu importait le temps qui s’évanouissait, le monde ne changeait pas. Il s’excusait envers Aoki mais son ainé était stupide, il ne valait pas mieux que toutes ces personnes qui l’avaient critiqué par le passé et qui avaient tenté de le rabaisser, de construire une image de lui qu’il n’était pas. Et rien que pour cela, Je Ha ne l’aimait déjà pas. C’était à cause de tels individus qu’il était l’homme qu’il était aujourd’hui, c’était parce qu’on n’avait jamais essayé de lui tendre la main ni de le comprendre, c’était parce qu’on l’avait jugé et préféré l’identifier au vaurien qu’était son père plutôt qu’à lui-même. Certainement que cela serait le même cas si son vis-à-vis découvrait la vérité, en plus de le voir comme quelqu’un de mauvais à cause de son apparence, il ne pourrait s’empêcher de songer à quel point lui n’était sûrement pas mieux que son géniteur. Après tout, ils avaient le même sang et tel père tel fils hm ? N’importe quoi...

La lueur dans ses prunelles étaient rapidement devenus plus froide. En plus, du mieux qu’il l’avait vu, Je Ha avait tenté de se montrer poli cependant vraisemblablement ça n’avait pas été suffisant pour enlever la confusion dans le coeur du grand frère. Il aurait tant souhaité lui dire qu’il était venu rendre visite à son petit ami, que ceci ne lui plaise ou non toutefois il n’en eut guère le temps que le concerné fit son apparition dans le couloir. « Hey. » Le salua le jeune homme dans un sourire, ne pouvant s’empêcher de narguer intérieurement l’aîné qui devait être bien étonné. C’était une attitude enfantin hors pouvait-on lui en vouloir ? Ryota l’agaçait. Il rentra à l’intérieur lorsque son petit ami - c’était toujours aussi bizarre d’employer ce mot - l’invita à le faire. Un soupir d’aise vibra dans sa gorge à la sensation de ses lèvres contre les siennes. Il en aurait voulu plus mais pas certains que cela conviennent au second Sugawara. Ahah dommage. Ceci aurait pu être drôle. « Qu’est-ce qu’il y a ? » Rétorqua Je Ha au tac au tac, de son ton naturellement provocateur. « Cela vous pose un problème ? » Au moins, il le vouvoyait, il fallait pas trop lui en demander non plus... « C’est vrai que je n’ai pas l’air d’une bonne personne hein ? J’ai peut-être de mauvaises intentions ~ » Son regard était froid, signe apparent de l’amertume qu’il éprouvait à l’égard de son vis-à-vis. « Dommage pour vous, je n’ai pas l’intention de le laisser tranquille. » Connard. Non, celui-là, il ne l’aimait vraiment pas.





_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sugawara Aoki

avatar

Messages : 23
Age : 24
That's where I live : Juhei
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥   Lun 19 Fév - 22:01


Je Ha & Aoki

there is a first time for everything


Aoki avait mis plusieurs jours avant d'annoncer à son frère qu'il avait un petit-ami. Il ne le dirait pas à voix haute mais il avait eu peur de sa réaction, sans vraiment trop savoir pourquoi. Ryota n'était pas quelqu'un de méchant, et il était compréhensif avec lui. Il n'avait rien contre les relations du même sexe, et Aoki le savait parfaitement. Il savait que son aîné ne le jugerait pas pour sortir avec un autre homme. Néanmoins il avait tout de même craint sa réaction. Il n'avait pas su comment annoncer la chose, pour commencer. Aussi stupide que cela puisse être, Aoki avait éprouvé un peu de difficulté à lui annoncer. Il trouvait cela totalement irréel qu'on puisse accepter de sortir avec lui, bien qu'il ait déjà eu des relations par le passé. Mais le lien qu'il avait avec Je Ha était différent. Parce qu'il le laissait le toucher, ce qu'il avait du mal à accepter chez les autres. Il n'avait pas peur de sentir ses mains sur lui. Cela avait au contraire un côté apaisant. Tout comme il n'était pas dérangé par le fait de laisser traîner ses phalanges sur son corps. Et si l'on connaissait Aoki, l'on savait à quel point ceci était surprenant. Cette relation-là, comparé aux autres, ce n'était pas rien. Il ne savait pas ce que c'était exactement mais ce n'était pas égal aux autres. C'était beaucoup plus, et il ne voulait pas la gâcher. Même s'il allait la gâcher un jour en révélant son passé, il ne voulait pas y mettre un terme dès aujourd'hui. Il voulait vraiment essayer. Il voulait vraiment s'engager là-dedans pour voir où tout ceci le mènerait. Il était curieux, sans doute un peu trop, et il fonçait peut-être tête baissée mais tant pis. S'il n'essayait pas, il le regretterait. Et peut-être qu'au fond, il n'arrivait pas à enlever le rôle qu'il avait donné à Je Ha. Il ne voulait pas qu'on le lui retire non plus. C'était sans doute la raison de la difficulté qu'il avait eu à devoir l'annoncer à Ryota. Aoki étant Aoki il l'avait fait de la manière la plus maladroite possible, le sujet se mêlant à une conversation qui n'avait rien à voir, le surprenant lui et surtout Ryota. Ce dernier avait plutôt bien pris la nouvelle. Du moins du point de vue d'Aoki. Ryota lui avait dit que c'était une bonne chose et qu'il était content pour lui, alors c'était la vérité pas vrai ? Son frère ne lui mentirait pas, n'est-ce pas ? C'était ce qu'il avait voulu entendre et cela lui avait suffit. Naturellement, il avait invité Je Ha à venir ici aujourd'hui, sachant très bien que Ryota devait travailler et que ce dernier serait plus rassuré de le savoir accompagné que tout seul. Puisque la dernière fois qu'il avait été seul... même s'il n'avait pas l'intention de tenter quoi que ce soit, au moins tout le monde était tranquille.  Il eut le droit de faire venir Je Ha à la condition qu'il finisse d'abord ses devoirs – chose qu'il avait approximativement faite. Ce n'était pas comme si Ryota allait vérifier hein ? Quoi que.
L'idée que son frère puisse juger Je Ha sur son apparence ne lui avait même pas effleuré l'esprit en réalité. Il ne savait pas son frère comme ça parce qu'il ne l'avait jamais vu se comporter de la sorte. Il était quelqu'un d'assez ouvert. Cependant Ryota n'était pas lui et l'aîné ne fonctionnait pas du tout de la même manière. En apprenant que son frère avait un petit-ami, Ryota s'était imaginé quelqu'un dans le même style qu'Aoki, bien que certainement un peu moins enfantin et maladroit que lui. Il avait tout de même songé à quelqu'un qui dégageait la même aura.
Ryota avait une vision bien particulière de son frère. Une vision qui n'appartenait qu'à lui. Il n'y avait que lui qui le voyait ainsi. Qui le voyait comme un enfant maladroit et trop heureux pour ce monde. Il le voyait comme un gamin au rire facile et à la voix douce et légère. Il le décrivait comme un bambin trop naïf, tellement naïf qu'on pouvait lui faire croire n'importe quoi. Tellement naïf que l'on pouvait profiter de lui sans même qu'il ne s'en rende compte. Il le voyait comme un petit garçon bavard et curieux, intéressé par tout ce qu'on lui mettait sous le nez. Il le voyait comme une boule d'innocence et de fragilité qu'il fallait à tout prix protéger. Il le voyait comme un être brisé à cause d'un adulte aux pulsions trop malsaines. Il l'avait sauvé du pire. Grâce à lui, Aoki était toujours en vie non ? Il le voyait comme une personne sensible et adorable. Il le voyait toujours comme avant. C'était une mauvaise chose, dans le fond, de toujours le comparer à celui qu'il était avant le drame. Mais c'était sa manière de le voir. Peut-être qu'il avait juste du mal à comprendre qu'Aoki avait grandi. Qu'il avait trop souffert. Peut-être qu'il avait du mal à saisir le poids de ces trois années sur le dos de son frère bien qu'il arrivait parfaitement à imaginer ce qu'il avait pu subir. Il continuait à le voir comme l'enfant qu'il n'était plus, parce que pour lui Aoki resterait toujours ce petit garçon-là.

Aoki fit voyager son regard entre Je Ha et son frère, les lèvres finement pincées et les sourcils quelque peu levés dans une mine perdue. Ses pupilles détaillèrent son petit-ami un instant, ses paupières clignant doucement à sa remarque. Comment ça, il n'avait pas l'air d'une bonne personne ? Ses sourcils se froncèrent. C'était faux. On ne pouvait pas deviner ça à son physique. Son visage se pencha, son regard toujours posé sur lui, « De mauvaises intentions ? », qu'il l'interrogea dans un air curieux et quelque peu perturbé. Le visage de Ryota prit un air plus grave à ces mots, son regard se durcissant alors qu'il oubliait toute trace d'incompréhension, et sa langue claqua contre son palet. « Peut-être », qu'il rétorqua simplement en gardant ses yeux sur son visage. Peut-être qu'il avait de mauvaises intentions. Qui lui prouverait le contraire ? Hors s'il avait de mauvaises intentions, qu'il aille les poser ailleurs que sur son frère. Ses lèvres se froissèrent à ses mots suivants, un souffle plus fort glissant sur sa bouche tandis qu'il décalait enfin son regard sur Aoki, qui le regardait. Il voyait bien qu'il était totalement désemparé et qu'il ne comprenait rien à la situation. Ne pouvait-il pas voir que cet homme allait juste profiter de lui ? Il était trop naïf. Vraiment trop. Inspirant profondément, il observa longuement son petit frère avant d'abaisser les épaules et de faire signe à Je Ha d'aller s'installer au salon. Un sourire naquit sur sa bouche face à l'esquisse et la mine réjouies d'Aoki. Il alla se retenir de répondre afin de ne pas perdre un peu plus son cadet.
Cadet qui entraîna Je Ha au salon, une esquisse toujours posée sur sa bouche. « Tu veux boire quelque chose ? », qu'il le questionna tout en s'accroupissant à côté de la table basse. Il commença à entasser les feuilles qui traînaient, redressant son visage quand Ryota se racla la gorge. « J'ai fini », qu'il dit rapidement, un sourire tardant à apparaître sur ses lèvres.. L'aîné arqua un sourcil dans une moue peu convaincue – franchement il avait vu mieux comme menteur – et secoua simplement son visage, un faible soupir aux lèvres, reportant son attention sur Je Ha. Il le scruta quelques secondes, « Vous faîtes quoi dans la vie ? », lui demanda-t-il, ses bras se croisant sur son torse. Encore une fois, le regard d'Aoki passait d'un visage à l'autre, « Vous connaissez Aoki depuis longtemps ? », il aida son cadet à terminer de ranger ses livres, restant près de lui ensuite, « Vous vous êtes rencontrés comment ? », et son regard s'immobilisa dans celui de Je Ha. Et dire qu'il devait aller travailler... il ressentait une certaine appréhension à laisser son cadet seul avec l'autre jeune homme.
AVENGEDINCHAINS



_________________
all it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Im Je Ha

avatar

Messages : 26
That's where I live : Tadanashi ~
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥   Mer 21 Fév - 21:04


"There is a first time for everything"
ft. Aoki ♥



Il s’excusait intérieurement envers Aoki mais malheureusement, non, Je Ha n’aimait pas son frère et il n’avait pas l’intention de s’en cacher. Ce n’était pas genre que d’agir de cette manière... On avait envie de le juger, bien qu’on le fasse mais Ryota n’avait pas intérêt à jouer les innocents devant son cadet parce que lui ne ferait aucune comédie. Il avait bien vu l’expression qui se reflétait dans le regard du plus vieux des Sugawara, il l’avait également remarqué dans son comportement, dans ses mots... Lui non plus ne l’aimait pas et plus encore, il ne l’aimait pas pour l’image qu’il se faisait de lui alors qu’à la différence, Je Ha ne l’appréciait pas pour l’image que l’autre lui donnait en osant le stéréotyper de la sorte. Il n’était pas mieux que tous ces gens qui l’avaient rabaissé autrefois, qui avaient souhaité le détruire, qui avaient certainement désiré sa mort autant que celle de son père. Personne ne s’était soucié de sa souffrance à lui, personne ne s’était soucié de la douleur que son géniteur avait infligé à son coeur et à sa peau... Personne non plus n’avait compris que derrière chaque tatouage se cachait une histoire, se cachait une trace de son passé, ses émotions brisées. Personne n’avait été en mesure de se rendre compte que s’il avait fini dans les mauvais quartiers de Gensou, s’il avait déjà mal tourné auparavant également, ce n’était pas parce qu’il n’était pas quelqu’un de bien mais parce qu’il était brisé. Je Ha n’avait jamais vraiment vécu, il survivait. Jusqu’à présent, il n’avait fait que ça : survivre. S’il se battait chaque jour, c’était pour se montrer qu’il était encore vivant, c’était surmonter la douleur au travers une autre. L’obscurité avait toujours fait partie de lui, il n’avait jamais éprouvé le moindre espoir quant à quitter cet endroit un jour. Son coeur baignait tellement dans une marre de sang depuis des années que ça avait été inimaginable à ses yeux de concevoir qu’un jour, ceci pourrait changer. Pourquoi sa vie serait-elle différente d’hier alors qu’elle avait tout le temps était misérable ? Aoki était peut-être la clé de ce mystère... Parce qu’il représentait cette différence, il représentait cette petite étincelle qui avait un tout petit peu fait briller son âme et qui avait attisé sa curiosité. Il était cette rareté que le garçon n’avait jamais eu l’occasion de croiser auparavant et qui le rendait plus vulnérable que ce qu’il n’était réellement. C’était étrange toutefois lorsqu’il se tenait à ses côtés, il avait l’impression d’être quelqu’un d’autre, d’être plus léger et il n’avait pas de mots pour décrire cela. Ryota pouvait bien douter de lui autant de fois qu’il le désirait, il n’empêcherait jamais le fait que Je Ha était sincère. Il ne l’empêcherait pas de le voir non plus d’ailleurs. Ce n’était pas parce qu’il était de sa famille que ça le concernait, n’est-ce pas ?

Ses sourcils étaient froncés, la lueur dans ses prunelles exprimaient clairement l’amertume qu’il éprouvait envers son vis-à-vis. « Je vois que vous n’êtes pas mieux que n’importe qui d’autre. » Sa voix était extrêmement sérieuse, calme, un brin de reproche s’y entendant à l’intérieur. Qu’est-ce qu’il en savait lui qu’il avait de mauvaises intentions hm ? Parce que sa peau était entièrement tatouée, c’était évident ? Réellement, Je Ha n’aimait pas ce type. « Non merci, ça va. » Il lui sourit gentiment alors que pour l’instant ça allait, il n’avait pas spécialement soif. Sans relever, ses yeux détaillant vaguement les papiers que l’étudiant était en train de ranger, il finit par s’installer à ses côtés, redressant son regard vers l’aîné lorsque celui-ci se permit de l’interroger. « Je ne pense pas que ce que je fais vous regarde. Après tout, quoi que je dise, vous le tournerez à votre sauce n’est-ce pas ? » S’il lui disait être un chef d’une entreprise, Ryota ne le croirait pas. S’il lui disait être un simple employé, probablement pas non plus. S’il déclarait pour plaisanter travailler pour la mafia, l’autre le prendrait assurément au sérieux. Et s’il disait la vérité, et bien le jeune homme trouverait forcément quelque chose à en redire, principalement dans le quartier dans lequel il vivait. Même si en soit, il n’aurait certainement pas tort, Je Ha refusait de lui donner ce plaisir là. « Un petit moment, oui. Quelques mois. » Pas une seule seconde, il ne dévia ses iris de celles de son vis-à-vis, hors de question de baisser les yeux face à un gars comme lui. Celui-ci n’en valait pas la peine. « En soirée. Puis de fil en aiguille, c’est devenu ainsi. » La journée ne faisait que commencer et ça l’agaçait déjà. Cet idiot n’était pas censé aller travailler normalement ? « D’autres questions ? A moins que vous voulez ma carte d’identité aussi ? » L’interrogea le garçon avec ironie « Ce serait plus pratique si vous souhaitez enquêter sur moi. » Pour sûr qu’Aoki ne devait pas comprendre ce qui était en train de se passer néanmoins Je Ha était bien trop honnête pour parvenir à dissimuler ce mépris qu’il ressentait pour l’aîné de la fratrie.




_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sugawara Aoki

avatar

Messages : 23
Age : 24
That's where I live : Juhei
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥   Mer 21 Fév - 23:39


Je Ha & Aoki

there is a first time for everything


Peut-être qu'un jour Ryota finirait par s'excuser pour son comportement. Mais pouvait-on lui en vouloir d'avoir envie de protéger son frère ? Il n'avait pas pu le faire avant, il voulait être en mesure de le faire maintenant.
Certains diraient qu'il était trop tard, puisque le mal avait été fait et qu'il avait laissé de belles traces sur le corps et l'esprit de son cadet, néanmoins, il voulait éviter tout dérapage nouveau. Il avait déjà réussi à le ramener d'une morte certaine, mais ce n'était pas assez. Aoki avait voulu se donner la mort et il n'avait rien remarqué. Aoki avait voulu en finir et dans un sens, il ne comprenait pas. Pourquoi vouloir satisfaire cet homme ? Pourquoi vouloir en finir alors qu'il était si jeune ? Pourquoi ne pas cracher sur ces souvenirs en vivant comme un jeune de son âge devrait vivre ? Evidemment, il n'était pas Aoki. Il n'était pas dans sa tête et il n'avait pas vécu la même chose. Il ne voulait pas qu'il s'inflige de telles blessures une nouvelle fois. Il ne voulait pas revoir cette image du corps inerte de son frère, les poignets laissant échapper ce liquide rougeâtre à l'odeur cuivrée. Il ne voulait pas revivre ce genre de moments. Il ne voulait pas ressentir cette peur à nouveau. Cette sensation qu'il l'avait perdu, encore. Qu'il allait le perdre définitivement. Qu'il n'allait plus l'entendre parler ou le voir sourire. Qu'il n'allait plus l'apercevoir dans le couloir ou dans le salon. Qu'il n'allait plus pouvoir lui apprendre des choses, lui parler. Il n'était pas du genre à mettre les gens dans des sacs juste à cause de leur apparence ou de leur manière de se comporter. Il n'était pas non plus comme Aoki à accepter tout le monde autour de lui. Il était plus sur la retenue et la méfiance. Aoki était plus dans la pureté et l'innocence. La curiosité, aussi. C'était tout autant positif que négatif et dans le fond, il aimerait que son frère soit moins curieux sur tout ce qui l'entourait. Hors cela faisait parti de sa personnalité. Cela faisait son charme dans un sens.
Seulement voilà, Aoki était trop curieux et surtout trop naïf, bien qu'il pensait certainement le contraire. Ryota était le premier témoin de cette insouciance maladive qui habitait son frère. Peut-être était-ce parce qu'on l'avait brutalement forcé à grandir, et aujourd'hui cette innocence qu'il avait perdu refaisait surface. Il ne saurait l'expliquer, mais c'était là. C'était devant ses yeux chaque jour. Aoki avait cette légèreté d'esprit et était le genre de personnes à qui l'on pouvait facilement faire croire n'importe quoi pour généralement les mauvaises raisons. Il s'émerveillait devant un rien, comme un gamin à qui l'on faisait découvrir le monde. Il s'intéressait à ce qu'on lui disait, de façon totalement enfantine et attentive. L'image de Ryota était peut-être erronée... comme elle pouvait être totalement fausse, cependant il avait cette vision théâtrale de son frère, cette vision presque angélique et trop douce pour ce monde. Son rôle ? Le protéger. Contre tout et tous. Il n'avait pas réussi il y a quelques années. Il n'avait réussi à empêcher cet homme d'emmener Aoki avec lui. Alors qu'il aurait dû comprendre par les silences et les absences aux entraînements de son cadet que cela signifiait quelque chose. Mais Ryota avait toujours été ce garçon à part, qui ne voulait pas se mêler aux autres. Il avait toujours été solitaire et puis à l'époque, Aoki était bien plus proche Mitsuo que de lui. Il ne lui reprochait pas, il comprenait parfaitement pourquoi. Il n'avait pas été un exemple digne de ce nom pour son cadet. Aujourd'hui encore il ne pensait pas l'être. Mais il voulait que le plus jeune comprenne qu'il devait vivre. Qu'il devait profiter. Il avait l'impression que cela fonctionnait. Aoki souriait. Il adorait le voir sourire. Il adorait l'entendre rire. Et il ferait tout pour continuer à admirer cela. Peu importait s'il se faisait des ennemis sur le chemin. Peu importait s'il devait fraterniser avec ces derniers. Il le ferait.

Il n'aimait pas vraiment le sous-entendu que Je Ha faisait. Il n'était pas mieux que les autres. Parce qu'il se basait sur son apparence pour le catégoriser ? C'était mal, certes, mais on pouvait le comprendre non ? On pouvait comprendre que pour Ryota, une personne comme Je Ha n'avait rien à faire près de son frère. Rien que leurs charismes étaient différents. Rien que leur manière de se tenir et de parler étaient différentes. Ils étaient différents. Totalement différents. Et Je Ha n'était pas le petit-ami qu'il avait imaginé pour son frère. « Vous sortez avec mon frère », commenta-t-il, « Ca me regarde ». Il voulait être au courant des choses. Etait-ce mal de se renseigner sur la personne qui sortait avec Aoki ? Non. Il voulait savoir ce qu'il faisait dans la vie. Il ne voulait pas lui dire ? Tant pis. Qu'il ne râle pas si Ryota en vient à lui coller une autre étiquette. Cela voulait peut-être qu'il n'avait pas d'emploi ? Ou alors quelque chose de pas très recommandable. C'était ainsi que Ryota prenait sa réponse. Il hocha la tête à sa réponse suivante. Quelques mois. Ca, il pouvait y croire. Il haussa un sourcil dans une petite moue perplexe avant de secouer le visage à nouveau. Il savait qu'Aoki participait à quelques soirées, alors il ne pouvait pas dire que Je Ha mentait même s'il le voulait. Il lui lança un regard non perturbé, haussant simplement les sourcils dans un sourire ironique, « Votre carte d'identité ? », il haussa les épaules, « Cela ne m'apprendrait pas grand chose sur vous mais merci de proposer » qu'il ironisa.

Aoki resta silencieux, se contentant de les observer à tour de rôle, bougeant les lèvres parfois pour dire quelque chose mais se faisant interrompre par l'un ou par l'autre. Il ne comprenait pas trop le sens de leur conversation à dire vrai. Et maintenant qu'il pouvait intervenir, il ne trouvait pas grand chose à dire. Pour une fois qu'il réfléchissait avant de parler... Il n'était pas non plus totalement idiot pour comprendre que l'atmosphère était tendue. « Tu devais pas travailler Ryota ? », il posa son regard sur son frère, « Tu vas être en retard non ? », il pencha son visage sur le côté. « Je suis pas seul, Je Ha est là donc t'as pas besoin de t’inquiéter », il lui offrit un doux sourire. « Et puis il y a Blue », il désigna la chienne du doigt, qui se leva dès qu'Aoki prononça son nom, se plaçant directement à ses côtés, se tortillant joyeusement. « Oh », fit-il, et il observa Je Ha, « Je vous ai pas encore présentés », il rit doucement, « Je te présente Blue », qu'il fit fièrement, la chienne semblant apprécier qu'Aoki l'appelle. « Elle est belle hein ? », il sourit, « Oui je sais qu'elle est belle. Elle est belle et toute douce et toute gentille », qu'il énonça en malmenant le pelage du canidé. « Le travail ? », que fit Ryota dans un air effaré pendant qu'Aoki gagatisait littéralement sur la chienne. Il eut une mine effarée, ses prunelles allant de son frère à Je Ha, « Oui. Le travail... », il frotta doucement son visage, « Je vais y aller », il fixa Je Ha, l'air peu convaincu.
AVENGEDINCHAINS



_________________
all it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Im Je Ha

avatar

Messages : 26
That's where I live : Tadanashi ~
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥   Jeu 22 Fév - 22:34


"There is a first time for everything"
ft. Aoki ♥



D’accord, peut-être avait-il exagéré en s’emportant de la sorte sans se soucier du reste, sans même prendre en question le fait que Ryota était le frère de Aoki et que c’était normal que ce dernier soit inquiet. Mais qu’on l’excuse, lui n’avait jamais eu qui que ce soit pour s’en faire pour sa personne, pour lui dire que ses agissements étaient bons ou mauvais. S’il était arrivé jusqu’ici, c’était tout seul, on ne lui avait jamais tendu la main, on ne lui avait jamais donné d’amour ni ne serait-ce qu’un bref sentiment d’attention et le peu qu’il avait pu recevoir de la part de sa mère, Je Ha l’avait volontairement oublié. Toute cette période noire de son passé, il avait toujours souhaité l’irradier de son existence et à l’heure actuelle, il n’était plus en mesure de se rappeler comment c’était avant que sa vie ne tourne au vinaigre. Donc, malheureusement, il n’était pas habitué à ce genre de situation et ça ne lui avait pas de suite traversé l’esprit que peut-être si on l’avait agressé de cette façon, c’était certes à cause de son apparence qui était l’opposé de celle de l’étudiant mais aussi parce qu’on se tracassait à l’idée qu’il puisse faire du mal à ce dernier. Dans sa famille à lui, qui s’en serait soucié ? Sa mère était morte... Son père était un criminel dont il n’espérait même pas entendre parler... Il n’avait pas de frères ni de sœurs puis des cousins, il n’avait jamais été de leur monde à eux puis dés que tous avaient découverts l’histoire concernant son géniteur, ils lui avaient tourné le dos. Qui avait envie de s’occuper du fils d’un pédophile ? Personne. Une chose que malgré tout, le garçon pouvait comprendre... Il n’aurait pas eu envie de s’occuper de lui-même non plus. Il avait si honte et il détestait tellement cette peau qu’il portait chaque jour. Il n’y avait pas un seul matin sans que le garçon ne se réveille et ne souhaite se l’arracher parce que quoi qu’il fasse, les souvenirs étaient toujours là... Quelque chose comme ça, ça ne s’oubliait pas néanmoins est-ce que, sous prétexte que lui-même haïssait ce sang qui coulait dans ses veines, ça devait l’empêcher d’en vouloir à tous ceux qui avaient tenté de le piétiner encore et encore ? Probablement que lui non plus ne valait pas mieux que tous les autres puisque au bout du compte, il ne réfléchissait pas et les mettait tous dans le même panier sans songer ne serait-ce qu’une seconde à ce qui pouvait s’en cacher derrière. Il n’avait retenu que ses paroles qui avaient sonné comme un reproche, il n’avait retenu que ce jugement dans les prunelles de son vis-à-vis et il s’était braqué. Parce qu’il était impulsif mais également parce qu’il détestait cette manière qu’avait les gens à le juger sans même le connaître.

Un soupir quitta ses lèvres alors que ses prunelles s’égarèrent quelques instants ailleurs que sur son interlocuteur, légèrement irrité. Il n’aimait pas à avoir à se justifier hors si c’était pour Aoki, d’accord, il accepterait de faire un petit effort. « Je travaille au casino. » Finit alors par répondre Je Ha, fixant l’autre du regard. Est-ce qu’il voulait d’autres détails aussi ? Plutôt que s’embêter à répondre ensuite, le garçon s’était contenté d’hausser les épaules. Ne disait-on pas qu’on répond aux imbéciles par le silence ? Ryota ne voulait pas sa carte d’identité, et bien tant mieux, puisque de toute manière, il ne la lui aurait pas donné. Cela aurait pu lui servir, ne serait-ce que pour connaître son adresse si jamais l’envie lui prenait de squatter chez lui un soir afin de s’assurer qu’il ne maltraitait pas son cadet. Cadet qui le ramena à la réalité d’ailleurs... C’était vrai ça, ne devait-il pas aller travailler ? Machinalement, ses yeux se posèrent sur le plus âgé des deux, lui souriant avec amusement et provocation à cette question. Quel dommage ~

Son attention fut toutefois détourné lorsque son petit ami mentionna un nom qu’il ne connaissait pas et qu’il lui présenta ainsi sa chienne. L’esquisse sur ses lèvres se fit naturellement plus tendre tandis qu’il les observait tous les deux et que lui-même n’avait d’autres choix que d’admettre ô combien Aoki était différent de lui. Il reflétait la pureté, l’innocence, la douceur... Tout ce que lui n’était pas. Sauf en sa présence... Ce garçon avait le don, sans que Je Ha ne soit en mesure d’expliquer pourquoi, d’étaler du baume sur son coeur rien qu’en se tenant à ses côtés et en lui souriant chaleureusement. « Oui, elle est belle. » Acquiesça-t-il, un brin amusé cependant l’expression dans ses iris transmettaient une douceur inouïe qui contrastait tellement avec son apparence. Il en avait presque oublié l’aîné de la fratrie. « Par contre, je ne suis pas sûr qu’elle puisse te protéger de quoi que ce soit si j’avais vraiment de mauvaises intentions. » Un léger rire s’échappa de sa bouche à ces mots, ses phalanges se plaisant à lui ébouriffer vivement ses cheveux avant que ses lèvres n’aillent embrasser suavement son front dans un long baiser. « Et toi-même tu le sais d’ailleurs, hm ? » Parce que l’étudiant avait déjà eu l’occasion de le voir se battre, qu’il avait vu chacune des cicatrices qui marquaient son corps et qui était le symbole même de l’homme rebelle et bagarreur qu’il était. « Mais tu as raison, elle est belle. Je n’ai jamais eu d’animal, moi. » Il n’en avait jamais souhaité en réalité puis de toute manière, son père ne l’aurait jamais accepté non plus. De plus bel, le jeune homme lui arbora une douce esquisse, ses prunelles le fixant de la même expression que l’éclat qui étirait ses lèvres. Il ne savait pas si Ryota était encore là, s’il avait fini par partir ou non et il s’en fichait complètement.





_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sugawara Aoki

avatar

Messages : 23
Age : 24
That's where I live : Juhei
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥   Ven 23 Fév - 0:03


Je Ha & Aoki

there is a first time for everything


Sans doute que peu de personnes comprendrait le comportement de Ryota. Ou bien, au contraire, sans doute qu'on le comprendrait trop. En réalité, l'aîné des Sugawara ne cherchait pas vraiment à se faire comprendre. Il ne cherchait pas spécialement à ce que l'on comprenne ses agissements et ses mots. Il se fichait de savoir ce qu'on pouvait penser. Sur lui, du moins. Sur Aoki c'était différent. Lui avait toujours été un peu en marge de la société. Il ne s'était jamais vraiment mêlé aux autres. Il avait eu des ami(e)s, il en avait d'ailleurs. Il n'était pas non plus totalement isolé. Mais il ne disait rien s'il était seul. Il ne se plaignait pas s'il n'était pas entouré. Comparé à Mitsuo à l'époque, la gloire et la popularité ne faisaient pas partis de ses priorités. Il ne savait pas ce qu'il était devenu, d'ailleurs. Il avait fui. Il aurait dû rester, mais il était parti. Il avait compris depuis bien longtemps qu'il ne pouvait pas compter sur lui. Il l'avait compris dès son plus jeune âge. Sans réellement savoir pourquoi, il ne s'était jamais approché de lui. Il ne s'était jamais senti proche de Mitsuo non plus. Il était son frère mais uniquement sur le papier. Dans la vraie vie, c'était à peine s'ils s'adressaient la parole. Il y avait des jours où Ryota ne lui avait pas adressé un seul mot. Des jours où il ne l'avait même pas croisé et il n'en avait rien eu à faire. Tant pis, il le croiserait le lendemain, et si ce n'était pas fait.. encore une fois, tant pis. Il pouvait se passer de son aîné. Il n'était pas une priorité, il ne l'avait jamais été. Il n'était pas une personne indispensable à son existence. Il n'avait jamais fait parti de son « tout », de ces personnes uniques qui berçaient son quotidien. Il n'avait jamais été présent pour lui, et lui n'avait jamais été présent pour Ryota. S'il assistait à ses compétitions, c'était seulement à cause de sa mère qui insistait pour qu'il vienne. S'il applaudissait, c'était seulement parce que sa mère lui offrait un regard appuyé pour qu'il le fasse. Il aurait pu être skieur, cela aurait été la même chose. Il aurait pu être n'importe quoi d'autre d'ailleurs, Ryota ne lui aurait pas donné plus d'attention que ça. Il savait nager, il était un bon nageur il ne disait pas le contraire, mais c'était tout. Il n'avait rien d'exceptionnel et il n'avait jamais compris pourquoi on voyait quelqu'un de formidable en lui. La preuve qu'il ne l'était pas. Il avait fui au lieu de soutenir son frère. Au lieu d'aider Aoki. Aoki qui, au contraire de Ryota, l'avait toujours regardé avec les yeux brillant d'admiration. Il se souvenait toujours de son cadet qui suivait Mitsuo comme un poussin. Il se souvenait qu'il se tenait toujours à ses côtés, qu'il était le premier à se lever dans les gradins pour l'applaudir, le premier à crier pour l'encourager. Il était le premier à le voir comme une personne formidable, comme un être à part. Le premier à le considérer comme quelqu'un d'unique, comme quelqu'un à égaler. Le premier à le voir comme un exemple. D'aussi loin qu'il s'en souvienne, Aoki avait toujours voulu lui ressembler. Et il était plus que certain que de voir Mitsuo lui tourner le dos l'avait brisé. Peut-être qu'Aoki ne le voyait pas, peut-être qu'il disait en avoir rien à faire, peut-être qu'il disait que cela lui était égal, au fond, ce n'était pas le cas. Cela devait être douloureux de voir la personne que l'on admirait le plus nous tourner le dos et ne même plus nous regarder. De ne même plus calculer. D'en avoir absolument rien à faire de notre santé, physique ou mentale. De ne pas être préoccupé par notre absence. Mitsuo n'avait pas vraiment porté d'attention à Aoki. Il ne l'avait jamais vraiment regardé. Il ne s'était pas vraiment prit le temps. Trop fier, il le voyait juste comme un pion, comme une sorte de « fan ». Alors que non, il était plus que ça. Il était son frère. Son petit frère. Celui qu'il devait protéger, celui qu'il devait aider, celui qu'il devait épauler. Et qu'avait-il fait ? Il l'avait laissé tomber.
Lui aussi dira-t-on. Mais certainement qu'au contraire de Mitsuo, lui en avait conscience. Il avait conscience de toutes les erreurs qu'il avait faites, et quand il y repensait, il s'en voulait de n'avoir rien remarqué ou de n'avoir rien dit. Peut-être que les choses seraient différentes maintenant, peut-être que cet homme ne s'en serait jamais pris à Aoki. Il ne saurait le dire, c'était trop tard pour cela.
Mais il n'était pas trop tard pour faire les choses comme il fallait maintenant. Il n'était pas trop tard pour veiller sur son cadet. Il n'était pas trop tard pour tenter de le maintenir en sécurité. Et si pour ça il devait éloigner des personnes, s'il devait les agacer à les faire fuir, s'il devait hausser le ton, paraître plus dur qu'il ne l'était réellement, il le ferait. Il ferait beaucoup pour Aoki, même s'il ne donnait pas l'impression à ce dernier. Il avait commis une faute. Il ne voulait pas en commettre une autre. Et si pour ça, il devait se mettre Je Ha à dos, il le ferait. Tant pis. Il préférait s'assurer qu'Aoki soit sain et sauf plutôt que de chercher à bien s'entendre avec tout le monde. Je Ha pouvait alors penser le pire de lui, il pouvait le comparer à qui il voulait, il pouvait le voir comme un être abjecte et critique, il s'en fichait. Le plus important, c'était Aoki.

Secouant doucement le visage, il ne commenta pas son métier. Il garda le silence, l'observant discrètement, les lèvres finement pincées. Au moins il savait ce qu'il faisait dans la vie. C'était ce qu'il avait demandé, et il avait obtenu une réponse. Cela lui convenait. Il ne voulait pas sa pièce d'identité, cela ne lui était d'aucune utilité. Surtout que ce genre de document était rapidement falsifié. Et puis que pouvait-il y découvrir ? Son adresse ? Aoki la connaissait de toute façon. S'il voulait savoir, il n'avait qu'à demander, son cadet serait beaucoup plus ouvert à répondre que Je Ha. Et puis, pour le moment, ce n'était pas une information qu'il souhaitait connaître – mais pour sûr qu'il demandera à son cadet si jamais il devait se rendre chez Je Ha pour une raison ou pour une autre. On ne sait jamais après tout non ?
Et maintenant qu'Aoki le disait, Ryota devait se rendre au travail. Ce n'était pas qu'il avait oublié, il savait qu'il devait partir, mais il ne voulait pas les laisser seuls. Et Je Ha qui le narguait... bon sang. Aoki ne le rassurait pas vraiment en disant que Blue était là. Cette chienne était à l'image de son maître, une vraie guimauve sur pattes. Il n'y avait qu'à la voir en compagnie d'Aoki, c'était effarant... Détaillant Je Ha, il arqua légèrement un sourcil dans son changement d'expression. Il se décala faiblement, fixant un instant son cadet pour revenir sur le visage de Je Ha. C'était quoi ce changement radical là ? Il haussa les sourcils, confus mais aussi surpris, ses prunelles jonglant entre Aoki et son petit-ami.

Un sourire fier plana sur la bouche du plus jeune quand Je Ha confirma que Blue était belle. Il le savait. Elle était belle. Trop belle. Magnifique – on avait compris qu'il l'adorait. Sa bouche s'ouvrit faiblement dans une petite moue contrariée, bien que ses pupilles brillaient d'amusement. « Elle est forte tu sais », commenta-t-il avant de rire doucement, répondant ainsi à celui de Je Ha, « Puis t'as pas de mauvaises intentions. Non ? », il le regarda dans une douce esquisse, le regard pétillant de curiosité, « T'as pas de mauvaises intentions hein ? », qu'il répéta, les paupières clignant doucement dans un air perturbé. Air qui s'évapora aussitôt, un large sourire grimpant sur ses lèvres, son expression devenant tendre alors que ses yeux se fermaient pour mieux savourer ce baiser contre son front. Ca, il l'avait lu, c'était un signe de protection. Il avait raison, Je Ha n'avait pas de mauvaises intentions – CQFD, Aoki se contentait d'un rien pour comprendre un tout. « Oui je sais », fit-il lentement, un faible rire dans le fond de la gorge. Il se tourna un peu plus vers lui, ses pupilles s'égarant dans les siennes, ne parvenant pas à se détourner. Ses doigts frôlèrent doucement sa joue, traçant une ligne invisible le long de sa mâchoire, le coin de ses lèvres haussé dans une fine esquisse, et il se décala un peu plus contre lui, laissant sa cuisse toucher la sienne et son épaule se poser contre celle du plus âgé, sa main se faufilant dans celle de son petit-ami. « Ah bon ? », demanda-t-il, presque choqué, « Jamais ? », il le regarda, les lèvres ouvertes, les yeux quelque peu écarquillés, « Tu veux pas un chien ? Ou un chat ? », il pencha son visage sur le côté, « Je peux être ton animal si tu veux », s'exclama-t-il joyeusement, un sourire aux lèvres dans une mine crédule et insouciante, Ryota lâchant un « Hein !? » totalement choqué. Encore un peu et il avait manqué de s'étouffer avec sa propre respiration. « A ce qui paraît les oreilles de chat me vont bien », il fit un mouvement de tête pour approuver ses paroles, faisant tourner ses pupilles vers Ryota. Il lui lança un regard interrogateur, ses sourcils se haussant doucement dans une question muette. Pourquoi il le regardait comme ça ? « Je peux pas être son chat ? » « T'es pas croyable... », il tourna son visage vers Je Ha, les paupières clignant rapidement, l'air totalement perdu. « Qu'est-ce que j'ai dit ? », il fronça quelque peu les sourcils, « Ah. Tu préfères peut-être les chiens en fait. Je sais pas si les oreilles de chien me vont... » « Mais tu... » et Ryota posa bruyamment sa main sur son front. Bon sang...
AVENGEDINCHAINS



_________________
all it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Im Je Ha

avatar

Messages : 26
That's where I live : Tadanashi ~
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥   Ven 23 Fév - 16:10


"There is a first time for everything"
ft. Aoki ♥



Malgré les apparences, Je Ha n’était pas quelqu’un de mauvais ni qui avait des intentions incorrectes, il était simplement perdu dans un monde qui ne lui appartenait pas. Il était un pion parmi tant d’autres qui essayaient durement de survivre à la vie qu’on lui avait donné sans qu’il ne le demande spécialement. Peut-être aurait-il été différent s’il avait décidé d’agir plus tôt, s’il n’était jamais rentré dans le bureau de son père ce jour-là et qu’on l’avait enfermé... Peut-être qu’on l’aurait plus apprécié si dés son plus jeune âge, il ne s’était pas rebellé hors peut-être que son géniteur en aurait également profité si l’enfant qu’il était l’avait laissé le toucher sans jamais riposter... Ô bien sûr, ça n’avait pas empêché Monsieur Nakamura de tenter de le caresser en pensant que son fils n’était qu’un garçon innocent et que même si ce dernier agissait, il n’avait aucune force contre lui. Sauf que contrairement à la majorité des enfants que l’homme avait du abuser, Je Ha n’avait pas peur de lui. Il ne comprenait pas pourquoi cependant il n’avait jamais apprécié l’idée que son géniteur essaie d’être proche de lui, ça ne lui plaisait pas. Alors il n’hésitait pas à le repousser brusquement, à lui dire de ne pas l’approcher, ça lui était même arrivé une fois de le mordre parce que son paternel ne l’écoutait pas... Probablement que le séquestrer dans sa chambre pendant ces deux longues années avait été sa punition et que Noburo avait particulièrement jubilé d’avoir réussi à contenir ce garçon qui lui tenait tête depuis si longtemps et sur qui, il n’avait jamais pu se comporter comme il l’aurait désiré. Je Ha avait toujours été ainsi, s’il n’aimait pas quelque chose, il le disait clairement ou alors à sa manière, il essayait de se faire comprendre... Malheureusement, il était trop jeune pour se rendre compte que tous ses regards posés sur lui, tous ses rapprochements n’étaient pas anodins et qu’en réalité, son père n’était pas sain d’esprit. Est-ce que s’il l’avait remarqué, sa vie serait plus belle aujourd’hui ? Est-ce qu’il travaillerait actuellement dans un casino et gagnant son argent grâce à du trafic illégal ? Est-ce qu’il aurait continué à se battre aussi lamentablement ou bien aurait-il eu un métier digne de ce nom ? Peut-être même se serait-il lancé dans de grandes études... Hors avec des « peut-être » on pouvait construire tout un monde seulement ça ne l’empêchait pas de s’en vouloir de n’avoir rien vu, de n’avoir rien fait à cette époque là... Il n’en était pas au point non plus de se dire que tout ceci était de sa faute, que si on le jugeait de cette manière, c’était parce qu’il le cherchait sauf que non, il n’était pas le fils de son père. Il n’était pas ce vaurien et ce n’était pas non plus parce qu’il avait des tatouages et des piercings sur le coeur qu’il était obligatoirement quelqu’un de mauvais. Il admettait répondre aux provocations, ne pas aider à embellir son image en se comportant stupidement et avec impulsivité toutefois c’était dans son caractère. On le provoquait, on le cherchait, alors il faisait pareil. On ne l’avait jamais réellement éduqué, pouvait-on donc lui en vouloir ?

Et pourtant, derrière sa personnalité bien trempée se cachait une autre personne que lui-même n’aurait certainement jamais pu imaginer... Cette personne qu’il était dés que l’étudiant était concerné. Bien que souvent il s’amusait à le taquiner et l’embêter, Je Ha était aussi le premier à ne pas être en mesure de lui résister. C’était l’effet que le plus jeune avait sur lui sans qu’il ne puisse donner d’explications. « Bien sûr que non je n’ai pas de mauvaises intentions » Lui avait-il confirmé avant de lui embrasser le front. Il avait dit « si » toutefois il préféra ne pas argumenter sur le sujet puis ignora complètement l’autre frère toujours présent dans la pièce qui les observait. Ses lèvres se haussèrent dans une tendre esquisse, son visage se penchant légèrement afin d’apprécier un peu plus ses caresses que son petit ami lui offrait. « Jamais. » Il rit de plus bel, ses doigts s’entremêlant machinalement aux siens. Et tout comme Ryota, le jeune homme n’avait guère pu cacher sa surprise quant à la rétorque quelque peu stupide et naïve de son vis-à-vis. Penaud, Je Ha ne l’avait pas quitté des yeux, papillonnant des cils alors qu’intérieurement, il se demandait si Aoki était sérieux. Tellement choqué, Je Ha n’avait pas été en mesure de placer un mot, se contentant de le fixer avec incrédulité... Est-ce qu’il avait conscience de ce qu’il racontait au moins ? Sa main s’élança gentiment derrière sa tête, le frappant avec délicatesse, non pas sans le traiter d’idiot. La lueur dans ses pupilles ne brillaient plus de douceur, une pointe de sévérité était venue s’y ajouter. « Si j’avais voulu un animal de compagnie, j’en aurais pris un vrai. Est-ce que tu te rends compte de ce que tu es en train de dire ? » Il s’excusait d’avance mais au final, ça le rendait fou... Est-ce que Aoki était vraiment prêt à se ridiculiser de la sorte juste parce qu’une personne qu’il appréciait le désirait ? « Si je te dis que je veux que tu sois mon chat, tu le ferais ? » Sa voix n’était pas agressive, elle était surprise et inquiète parce que jamais le jeune homme ne devait se rabaisser ainsi pour quelqu’un, qui qu’il soit. « Regarde-moi bien. » Il attrapa machinalement son visage, ses paumes tenant ses joues afin de l’obliger à égarer ses yeux en sa direction. « Tu vaux bien plus que ça et si jamais un jour, on te dit qu’on veut ça de toi, tu dois dire non. » Ses phalanges remontèrent dans ses cheveux, les lui ébouriffant de plus bel jusqu’à ce qu’un autre sourire ne vienne se former sur ses lèvres. « Soit juste toi. » Puis, il le frappa amicalement une seconde fois, ses yeux se levant vers le ciel, un soupir s’enfuyant discrètement de sa bouche. « Espèce d’idiot. »




_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sugawara Aoki

avatar

Messages : 23
Age : 24
That's where I live : Juhei
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥   Ven 23 Fév - 17:47


Je Ha & Aoki

there is a first time for everything


Il ne voulait pas que son cadet soit déçu une nouvelle fois. Il ne voulait pas qu'il s'attache, qu'il admire, qu'il cherche à impressionner, à copier, qu'il tente de suivre partout, pour être finalement délaissé, abandonné ou jeté à la première difficulté. Pour comprendre qu'au final on lui avait jamais porté l'intérêt qu'il voulait. Qu'on ne l'avait jamais regardé comme il souhaitait être vu. Il ne voulait pas qu'il souffre encore une fois. Il ne voulait pas voir son regard plein de déception ou de remise en questions. Pire encore, il ne voulait plus voir son regard vide. Vide de tout. D'émotions, d'envie, de tristesse, de colère. Il ne voulait plus apercevoir ce regard qu'il avait eu en rentrant à la maison après ces trois années passées avec cet homme. Il n'avait plus envie de voir cet air sombre et morne sur le visage de son frère. Il n'avait plus envie de le voir lever vers lui des prunelles éteintes de toute volonté. Il ne voulait pas qu'il se blâme pour quelque chose qui n'était même pas de sa faute, pour quelque chose qu'il ne pouvait même pas contrôler. Il ne voulait pas qu'il doute. De lui, de ses émotions, de sa façon d'être, d'agir, de parler. Il ne voulait pas qu'il perde ce sourire qu'il allait si bien, cette mine insouciante qui le faisait briller. Aoki avait assez souffert par le passé. Il avait subi assez de choses, il n'avait pas besoin d'en subir à nouveau. Il avait souffert à un jeune trop avancé. Là où les autres passaient leur temps à jouer, à rire, à découvrir le monde, lui l'avait passé enfermé avec un homme qui ne lui voulait que du mal. Là où les autres s'émerveillaient, et grandissaient, lui avait vu son enfance être tuée devant ses yeux. Il ne permettrait à plus personne de gâcher la formidable personne qu'était Aoki. Il ne permettrait à personne de le détruire encore une fois. Il ne méritait pas de connaître la tristesse, la solitude et la peur. Il ne méritait pas de les côtoyer à nouveau, il l'avait déjà fait, et ça l'avait presque tué. Non. Ca l'avait tué, dans le fond. Et Ryota refusait qu'on le tue encore. Il refusait qu'on lui fasse du mal, il refusait qu'on le blesse. Ne pouvait-on pas le laisser respirer ? Peut-être en faisait-il trop. Peut-être imaginait-il le pire là où il n'y avait que le meilleur. Peut-être dirait-on qu'il exagérait, qu'il sur-protégeait son frère. Cela dit Ryota ne pensait pas en faire trop. Il n'en avait pas fait assez à une époque, oui. Aujourd'hui il agissait comme il aurait dû le faire à l'époque, tout simplement.

Aoki avait déjà donné. De sa personne, de son énergie, de son âme. Il ne devrait pas donner plus. Au contraire, il devrait recevoir. Ce qu'il avait vécu était bien suffisant. Bien sûr cela ne le vaccinait pas contre le malheur et la déception. Mais s'il pouvait éviter qu'Aoki ne soit attristé par quelque chose, rongé ou blessé, il mettrait tout en œuvre pour le faire. Il ne méritait pas de finir au fond du gouffre, personne ne le méritait d'ailleurs, à cause de personnes mal intentionnées. Il méritait de vivre comme il avait vécu avant tout ça. Avec curiosité et insouciance. Avec gaieté.
Il ne connaissait pas Je Ha. Il ne savait pas où le placer, mais tout dans son aura le faisait se méfier. Peut-être était-ce simplement à cause de son apparence. Peut-être était-ce à cause de ce charisme sauvage et rebelle qu'il dégageait, il n'en savait rien. Il ne savait pas s'il pouvait lui faire confiance, s'il pouvait lui confier Aoki. Il restait sur ses gardes, apaisé par le sourire de son frère, mais prêt à bondir s'il le sentait en danger. Prêt à intervenir pour le protéger même si ce n'était pas ce qu'on attendait de lui et même s'il le faisait de manière maladroite. Il fallait cependant s'y attendre, car on parlait d'Aoki, et non de n'importe qui.

Aoki qui s'assurait tout en douceur et en curiosité que Je Ha n'avait pas de mauvaises intentions. Aoki qui semblait le croire quand le plus âgé disait ne pas avoir. Aoki qui se contentait d'un baiser sur le front pour tout oublier. Pour laisser cette question là derrière lui d'un signe de la main, puisque de toute façon, on y avait répondu, il n'y avait plus de raisons de revenir dessus pas vrai ? Aoki qui, dans une naïveté bornée, avait déclaré des mots totalement insensés. Des mots que lui-même ne devaient même pas comprendre. Ou plutôt des sous-entendus qu'il n'imaginait même pas. Aoki n'avait probablement même pas conscience de ce qu'il venait de dire. Il ne comprenait même pas pourquoi Ryota paraissait choqué et agacé par ces paroles. Il comprit encore moins en sentant la main de Je Ha à l'arrière de sa tête, un petit « Aïe » quittant ses lèvres, une mine totalement perturbée collée au visage. Pourquoi ? Il lança un regard perdu à son petit-ami, le fixant en silence alors qu'il tentait de saisir ce qu'il venait de se passer – peine perdue. Il baissa le regard un instant, comme un gamin que l'on venait de punir, ses paupières clignant doucement. Il répété les paroles qu'il venait de prononcer dans sa tête, haussant brièvement les épaules pour répondre à Je Ha, les lèvres scellées alors qu'il ne savait pas vraiment quoi dire. Il ne voyait pas le mal là-dedans. C'était pour plaisanter après tout non ? Sa bouche s'ouvrit lentement à sa question, inspirant rapidement alors qu'il expira un petit « Oui ? » pas vraiment sûr de lui. Son regard fut contraint de se plonger dans celui de Je Ha, ses lèvres se pinçant à nouveau dans un air inquiet. Il allait l'engueuler parce qu'il venait de dire une bêtise, c'est ça ? Ses iris dans les siennes, son visage se détendit progressivement dans une mine désolée et coupable, les joues quelque peu rougies. « Désolé », murmura-t-il doucement, le coin de ses lèvres se levant quelque peu pour répondre à l'esquisse de Je Ha. « Aïe », dit-il une nouvelle fois, les sourcils faiblement froncés, « Maiiis... », rouspéta-t-il dans une grimace, avant qu'un sourire ne vienne déformer sa bouche. Ses bras allèrent lentement enlacer les épaules de Je Ha, ses lèvres se posant sur sa joue dans un doux baiser pendant qu'il s'installait lentement sur ses cuisses. « Merci », chuchota-t-il contre sa bouche, la sincérité brillant dans ses pupilles, avant que ses lèvres n'aillent déposer un long mais tendre baiser sur leurs jumelles. C'était toujours agréable, d'entendre que l'on valait plus que ce que l'on pensait. Il recula quelque peu son visage, une douce esquisse égayant chaleureusement son visage, qui partit se nicher dans le creux de son cou tandis que ses bras se serraient un peu plus, l'une de ses mains s'agrippant à son haut.

Ryota observa silencieusement la scène. Il avait apprécié les mots de Je Ha, puisqu'ils étaient vrais, bien qu'il préféra ne pas l'avouer à voix haute. Il avait apprécié ces paroles, oui, mais cela ne voulait pas dire qu'il lui confierait Aoki les yeux fermés. Il fallait toujours se méfier. Il ne pouvait pas se fier aux mots, car après tout, ils n'étaient que des mots. Une apparence verbale que l'on se donnait. Il se racla faiblement la gorge, un sourcil faiblement arqué en voyant son cadet accroché à Je Ha, quelque peu stupéfait de le voir aussi tactile. « Je vais y aller », prononça-t-il après quelques secondes de silence, Aoki redressant son visage vers lui. Il lui sourit doucement, « Tu m'appelles si jamais hein », le prévint-il, gardant son sourire aux lèvres quand le plus jeune hocha la tête dans une autre esquisse. « Travaille bien », il le remercia d'un signe de tête, ses prunelles s'égarant à nouveau vers Je Ha. Il le fixa de longues secondes, la mâchoire serrée, et ne fit rien pour masquer son inquiétude quand il redressa ses iris vers son frère. « Si je rentre plus tôt je te préviens », annonça-t-il. Il était totalement prêt à aller négocier auprès de son patron pour rentrer avant l'heure de fin. Parce qu'il ne sera pas tranquille de la journée. « Bonne journée », adressa-t-il à Je Ha, inclinant faiblement son visage avant de lui lancer un dernier regard et de quitter l'appartement. « Je crois qu'il t'aime bien », non vraiment, Aoki et les sous-entendus... c'était pas encore ça.
AVENGEDINCHAINS



_________________
all it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Im Je Ha

avatar

Messages : 26
That's where I live : Tadanashi ~
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥   Dim 25 Fév - 20:42


"There is a first time for everything"
ft. Aoki ♥



Il y avait ces moments où Je Ha lui-même ne se reconnaissait pas. Parce qu’il n’était pas ce genre d’homme empli de douceur, romantique et qui faisait attention au moindre de ses actes, au moindre de ses mots. Pourtant avec Aoki, alors qu’il aurait largement eu de quoi crier, il s’était machinalement contrôlé... Ce n’était pas tant l’envie de lui hurler qu’il était un imbécile cependant il s’était montré incroyablement tendre et compréhensif. Lui-même en était le premier surpris mais ça, c’était probablement parce qu’il avait peur de le blesser, qu’il avait peur qu’en un seul mot, il ne le brise en morceau. L’étudiant n’était pas comme ces gens qu’il croisait dans son quartier ou même ailleurs, il y avait cette fragilité qui se dégageait de ses yeux et de ses gestes aussi... Tout dans son innocence, dans sa naïveté, reflétait sa sensibilité et les blessures que le garçon portait sans jamais les dévoiler à haute voix. Ce n’était pas que Je Ha l’avait aussitôt remarqué après l’avoir rencontré, mais peut-être était-ce l’une des raisons pour laquelle tous deux s’étaient directement attirés sans jamais comprendre pourquoi lui et pas un autre. Hors, entre personnes meurtries par ce que la vie avait fait d’eux, ils n’avaient pu que se compléter et apprendre à se soutenir ensemble. C’était pour cela qu’ils cherchaient toujours la compagnie de l’autre parce que sans même le savoir, ils se comprenaient et s’écoutaient comme personne ne l’avait jamais fait pour eux auparavant... Et ce qui avait mis la puce à l’oreille du plus vieux, c’était évidemment ses cicatrices qu’il avait aperçu sur le poignet du jeune homme. Il ne le jugeait pas, il ne saisissait pas non plus mais il acceptait, il respectait et au plus profond de lui, ça avait assurément réveillé un aspect protecteur de sa personnalité qu’il ignorait avoir. Mais parce que quelqu’un comme Aoki qui était empli de douceur et de gentillesse méritait d’avoir une belle vie et d’être heureux. Certes, il ne connaissait pas ce que le garçon avait traversé ni ce qu’il avait pu faire par le passé cependant, Je Ha était certain que comparé à sa propre existence, comparé à toutes ses fautes que lui avait pu commettre, l’étudiant valait tellement plus. Il était quelqu’un de bien. Cela se voyait rien qu’à le regarder et malheureusement, beaucoup étaient ceux qui n’éprouvaient aucune honte à profiter de toute cette bonté et cette innocence. Il ne pouvait pas laisser ça passer... Certainement parce que lui n’était pas ainsi, lui n’était pas du genre à se laisser berner si facilement par autrui, qu’il détestait les profiteurs et tous ceux qui avaient un minimum de pouvoir aussi d’ailleurs. C’était la raison pour laquelle, à sa manière, il avait tenté de se faire entendre sans le brusquer... Peut-être que sa remarque n’était qu’une plaisanterie, peut-être qu’il n’y avait rien de sincère là-dedans mais juste par précaution, lui avait préféré s’en assurer. Aoki valait réellement plus qu’être un animal pour quelqu’un, et surtout pas pour lui.

Ses phalanges se faufilèrent à l’arrière de sa nuque, remontant doucement sur les cheveux de son petit ami, les lui choyant suavement alors qu’il l’accueillait sans broncher, au contraire, dans ses bras. Il ne saisissait pas vraiment pourquoi l’étudiant le remerciait cependant s’il avait compris le message, c’était tout ce que Je Ha souhaitait. Il lui rendit son sourire après ce doux baiser que ses lèvres venaient de recevoir et il ne bougea pas lorsque Aoki renforça légèrement l’étreinte, amenant son visage dans le creux de son cou. Il ne bougea pas non plus quand Ryota déclara s’en aller puis que les prunelles de ce dernier le fixaient avec intensité. Enfant dans l’âme, provocateur, il n’avait pu retenir cette grande esquisse qui avait pris forme sur son visage, une lueur de défi quelque peu brillante dans ses pupilles. « De même. » Malgré la provocation qu’il avait fait preuve, son ton restait neutre et pas une seconde, il n’avait cessé les mouvements de ses doigts dans les cheveux de son petit ami. « Hein ? » Machinalement, réellement surpris que celui-ci n’ait pas remarqué la tension qui régnait entre les deux plus âgés, le jeune homme se recula de quelques centimètres pour le regarder avant de soupirer, une expression légèrement blasée apparaissant sur sa figure. « Il ne m’aime pas. » Certifia-t-il sans le quitter des yeux. « Et je ne l’aime pas non plus. » Il était honnête et comme il l’avait déjà pensé plus tôt, il n’avait aucunement l’intention de cacher ce qu’il pensait à son vis-à-vis. « Il pense que je vais te faire du mal mais ce n’est pas grave, t'en fais pas ! » Lui n’avait que fait de ce que croyait cet imbécile. Du moment qu’une personne au moins croyait en lui, c’était le plus important non ?





_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sugawara Aoki

avatar

Messages : 23
Age : 24
That's where I live : Juhei
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥   Dim 25 Fév - 23:29


Je Ha & Aoki

there is a first time for everything


Il y avait une petite ressemblance physique entre les frères Sugawara, mais une grosse différence au niveau du caractère et de leur façon d'être. Aoki et Ryota partageaient le même sourire. Du moins, c'était ce qu'on leur avait souvent répété. Ryota ne souriait pas énormément, petit déjà, alors il était plutôt difficile de noter cette particularité-là. Aoki et Mitsuo avaient le même regard. Plus jeune, au club de natation, on le répétait souvent à Aoki. Et lui bombait fièrement le torse parce qu'il ressemblait à celui qu'il admirait tant. Ce n'était que le regard, mais c'était beaucoup pour lui. Autrement, chaque enfant de la petite fratrie était différent. Il n'y avait que chez Aoki où l'insouciance brillait autant. Il n'y avait que chez lui où le sourire étincelait de curiosité et où le visage pouvait allègrement se transformer en une moue enfantine adorable. Il avait toujours gardé cette capacité-là d'ailleurs. Ryota, lui, avait les traits un peu plus prononcés, et ce genre d'air ne lui irait pas du tout – il avait essayé, une fois, pour faire plaisir à Aoki. Cela avait valu un fou rire de ce dernier et depuis il ne l'avait plus jamais tenté. Aoki était le seul à être aussi expressif. Mitsuo gardait toujours la même expression, celle du frimeur égoïste que l'on avait envie de cogner. Celle du type irritant, imbus de sa personne. Et Ryota était celui qui était juste blasé. Son visage n'exprimait pas autant de choses que celui d'Aoki et il se surprenait à remarquer que son cadet dessinait plusieurs émotions en même temps. Ca le surprenait encore après tant d'années. Aoki pouvait faire passer sa figure d'une émotion à l'autre. Il pouvait partir de la confusion pour arriver à la joie pure, tout en passant par la tristesse et la curiosité. Il possédait une palettes de sentiments. Beaucoup plus que lui ne pourrait exprimer. Ils étaient uniques tout en pouvant se retrouvant un peu sur le visage de l'autre.
Là où les différences étaient clairement marquées étaient au niveau du caractère. Mitsuo était clairement égoïste et hautain. Il ne pensait qu'à son propre bonheur et se fichait royalement de celui des autres. Il ne se remettait pas en questions, c'était aux autres de le faire. Il était le stéréotype même du garçon à qui l'on devait tout donner mais qui ne donnait rien en retour. Il était intelligent, sérieux, ambitieux. Il était égocentrique, quelque peu manipulateur et franc.
Par rapport à lui, Ryota était plus ouvert aux autres. Il ne disait jamais non pour aider... à condition qu'on lui demande. Il n'aidait pas si la personne face à lui ne lui demandait pas de le faire. Il était moins énergique, plus posé, plus calme – surtout par rapport à Aoki. Il était franc mais réfléchissait à ses mots contrairement à Mitsuo. Il était compréhensif, mais pas trop. Il était studieux, mais pas trop non plus. Il suivait avec intérêt ses passions et s'y donnait à fond. Il n'aimait pas spécialement le sport. Plus jeune, on le traitait de flemmard. On disait aussi qu'il était « blasé de la vie ». Il donnait cette impression-là avant. Peut-être encore aujourd'hui. Il ne montrait pas beaucoup d'émotions, à part lorsqu'il était en présence d'Aoki. Autrement il ressemblait à une sorte de robot qui s'en fichait de tout et de tout le monde. Il ne savait pas comment montrer qu'il s'inquiétait alors il ne le montrait pas. Ryota ne se compliquait pas spécialement la vie en réalité. Sauf quand cela concernait son cadet.
Cadet qui avait été tout son contraire pendant une bonne partie de leur vie. Qui était encore son contraire d'ailleurs. Aoki était totalement ouvert aux autres, un peu trop si l'on écoutait Ryota. Il était curieux et s'intéressait à tout et rien. Il était aussi studieux que les deux autres, mais pouvait se déconcentrer en quelques secondes simplement parce qu'une question lui était passée par la tête. Il était beaucoup plus doux et beaucoup plus joyeux. Il était beaucoup plus souriant, aussi. Il était l'image même d'un enfant qui avait grandi trop vite. Ou qui avait refusé de grandir.
Si Aoki était trop enthousiaste parfois, Ryota ne l'était pas assez. Si Aoki parlait trop quelques fois, Ryota restait trop silencieux. Pourtant, ils se ressemblaient. Ils avaient les mêmes habitudes. Ils avaient parfois les mêmes façons de penser. Mais l'on disait souvent qu'ils n'avaient pas été faits avec les mêmes ingrédients. Leurs traits de caractère étaient à l'opposé les uns des autres. Cela devait se remarquer. Il suffisait de passer un peu de temps avec les deux jeunes hommes pour s'en rendre compte. Ils ne dégageaient pas non plus la même aura. Ryota était plus sur la défensive, sur la méfiance. Tandis qu'Aoki pensait l'être alors qu'il ne l'était pas du tout. Il croyait ce qu'on lui disait avec un peu trop d'aisance. Pas toujours. Il n'était pas totalement idiot non plus.

Tout cela pour dire que c'était plutôt amusant de voir autant de différences entre deux frères. Fut une époque où Aoki paraissait encore plus éteint que Ryota. Fut une époque où il était l'ombre de lui-même. L'ombre de celui qu'il avait été. Fut une époque où plus rien ne brillait dans ses prunelles. Fut une époque où même la douceur l'avait quitté. Difficile à imaginer n'est-ce pas ? Surtout lorsqu'on le voyait là, sourire et rire comme un imbécile heureux. Surtout quand on écoutait ce qu'il racontait, quand on l'écoutait prononcé ces mots avec insouciance et amusement. On avait du mal à croire qu'un jour ce garçon ait voulu en finir. On avait du mal à imaginer que fut une période durant laquelle aucun sourire n'égaya ses lèvres, où aucun rire ne ronronna dans sa gorge, où presque aucun mot ne fut prononcé. On avait aussi du mal à concevoir que ce garçon ne supportait pas toucher les autres ou être touché. Surtout quand on le voyait accroché à la nuque de Je Ha comme il l'était. Ryota n'apprécia pas spécialement l'expression sur le visage de ce dernier mais ne commenta pas. Il ne dit rien non plus sur la proximité qu'il avait avec son frère, et s'en alla.
Ses iris perdus dans les siens, Aoki leva quelque peu ses sourcils dans une petite mine surprise. « Oh », qu'il dit simplement. Sa mine s'amplifia un instant dans un nouveau « Oh » soufflé de manière brève avant qu'il ne se pince les lèvres dans un air embêté. Ses sourcils se froncèrent faiblement et il pencha son visage sur le côté, ses doigts cajolant lentement sa nuque. « Ah », prononça-t-il doucement, « Il veut juste me protéger », il rit légèrement, « Puis tu vas pas me faire de mal », ses prunelles restèrent dans les siennes, « Je le sais », articula-t-il en souriant fièrement. « Tu veux faire quoi ? », demanda-t-il, laissant sa tête tomber en arrière pour inspecter le salon avant qu'il ne la redresse rapidement, ses doigts se tenant à la nuque de Je Ha sous la vitesse du mouvement. « Je vais te faire visiter ! », une large esquisse ornait sa bouche. Il se redressa ensuite, tendant sa main au plus âgé dans un petit air satisfait, puis il l'emmena dans le reste de l'appartement, lui décrivant chaque pièce avec un peu trop de détails – Je Ha n'était pas obligé de savoir qu'il avait bougé les meubles de sa chambre trois fois cette année... mais au moins il le savait maintenant.
AVENGEDINCHAINS



_________________
all it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Contenu sponsorisé


♦♦♦

MessageSujet: Re: There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥   



Revenir en haut Aller en bas
 

There is a first time for everything • | Ft. Aoki ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [SOFT] REAL TIME TRAFFIC : Avertisseur de radars en temps réel [Gratuit]
» Doctor Who: Adventures in Time and Space
» Coup de coeur horloger ou choix raisonné : Lange Time Zone, Journe Chrono Souverain, IWC Perpetual Calendar ou Réserve Auto Noire ?
» [SOFT] TIME OF DEATH : Calculer le temps restant avant la fin du monde 2012 [Gratuit]
» 4x18 - The End of Time Part II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beyond Borders :: Résidences-