Partagez | .
 

 stop hurting him | ft Je Ha ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦♦♦
Sugawara Aoki

avatar

Messages : 23
Age : 24
That's where I live : Juhei
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: stop hurting him | ft Je Ha ♥   Lun 26 Fév - 0:28


Je Ha & Aoki/Ryota

stop hurting him


Avançant lentement dans le couloir, le regard rivé sur la porte vers laquelle il s'approchait, Ryota souffla bruyamment. Ses phalanges étaient compressées contre ses paumes et ses lèvres étaient pincées. Une étincelle d'inquiétude résidait dans le fond de ses prunelles, se mêlant parfaitement à cette rancœur qui berçait ses iris. Il ne comprenait pas. Il voulait néanmoins saisir ce que tout cela signifiait. Il voulait pouvoir rentrer et pouvoir rassurer son frère. Il n'aimait pas le voir comme ça. Il n'aimait pas le voir dans cet état. Etat dans lequel il était depuis plusieurs jours maintenant et qu'il n'expliquait pas vraiment. Il n'avait pas tout de suite demandé. Après tout, cela arrivait à tout le monde d'avoir des petits coups de mou. Cela arrivait même à Aoki. Il savait que son frère supportait beaucoup, et que cela devait peser lourd quelques fois. Les baisses de moral étaient monnaie courante chez tout le monde. Cela arrivait et on ne pouvait rien faire si ce n'était attendre que cela passe. Et jusqu'à ce que cela arrive, il tentait de le réconforter en silence. Du mieux qu'il le pouvait, il lui montrait qu'il était là pour lui, et qu'il ne comptait pas le laisser tomber. Il ne lui montrait peut-être pas assez. Peut-être devrait-il insister. Mais pourquoi insister sur une chose qui était réelle ? Il n'en voyait pas l'intérêt. Il aurait peut-être dû lui dire clairement. Mais Aoki le savait. Il le voyait, dans ses yeux, qu'il savait. Il le remarquait à sa façon de parler ou d'être avec lui. Il savait que Ryota était là pour lui, et Ryota savait qu'Aoki était là aussi. C'était un accord tacite, muet. Une promesse silencieuse qu'ils s'étaient faite sans jamais le dire à voix haute.
Laissant son poing cogner contre le morceau de bois, il écouta attentivement le son sourd se répercuter contre les murs autour de lui. Il devait savoir ce qu'il se passait. Il devait comprendre. Et il ne passerait pas par quatre chemins pour savoir. Il ne tournerait pas autour du pot. Il ne réfléchirait pas à ses mots. Il ne voulait pas qu'on blesse son cadet. Il ne voulait plus le voir souffrir. Surtout pas à cause de quelqu'un. Surtout pas comme ça. Pour une raison qu'il ignorait. Pour une raison qu'Aoki lui-même ne pouvait pas expliquer.

Il se souvenait encore de la première fois qu'il l'avait vu. Il était rentré du travail à l'heure habituelle. Il avait fait savoir à son cadet qu'il était arrivé, mais n'avait obtenu aucune réponse en retour. Ce qui était déjà étrange en soit puisqu'Aoki répondait toujours quelque chose allant du simple « Bienvenu » au monologue sans fin. Il s'avançait parfois vers lui tout en lui parlant ou tout simplement pour l'accueillir dignement, un large sourire idiot aux lèvres. Et cette fois-là, Aoki n'était pas venu. Aoki était resté silencieux. Aoki n'avait pas bougé. Il était resté assis sur le canapé, un pot de glace entre les mains, le visage baissé vers ce dernier sans daigner le relever quand Ryota entra dans la pièce. Il le salua brièvement, et ce fut le seul mot qu'il prononça. Ce qui était grandement inhabituel. Mais le plus âgé ne commenta pas, se contentant de s'asseoir à côté de lui, le questionnant quelque peu sur sa journée. Il n'eut que des haussements d'épaules comme réponses ou de faibles sons approbateurs. Et le lendemain, tout avait disparu. Aoki souriait, riait, parlait. Comme s'il n'était pas resté immobile et muet la veille.
La seconde fois, il le retrouva dans le même état, toujours assis sur le canapé, mais les mains vides cette fois. Son cadet avait parlé cependant. Il avait parlé, raconté sa journée, sourit, et même rit. Mais tout paraissait fade. Ryota avait l'impression qu'Aoki ne faisait que conter l'histoire d'un autre.
La troisième fois, il le retrouva dans sa chambre, enroulé dans ses couettes, le visage caché par un coussin. Le plus jeune fit mine de dormir mais lui savait que ce n'était pas le cas. Il n'eut pas le courage de le déranger cependant, se disant que si Aoki avait un souci, il viendrait lui dire.
Et à nouveau, le lendemain, Aoki se mit à agir comme si rien ne s'était passé. Les jours passaient, et il se forçait. Ryota pouvait le dire. Il le remarquait. Les jours passaient, et il ne semblait pas aller bien, au contraire de ce qu'il lui disait. Il reconnaissait la lueur de désespoir qui brillait dans ses pupilles. Il saurait dessiner cette étincelle de tristesse qui brûlait dans ses yeux. Il n'aimait pas ça. Les jours passaient, et même si Aoki souriait, riait, parlait, cela ne semblait pas vrai. Quelque chose l'attristait. Quelque chose le plombait.
Ou plutôt quelqu'un. Il était facile pour Ryota de savoir, Aoki n'était pas la cible la plus difficile qu'il puisse exister. Il n'était pas dupe non plus. Avant, Aoki parlait souvent de Je Ha. De ce qu'ils avaient fait ou de ce qu'ils comptaient faire comme sorties. Le sujet de l'homme tatoué était devenu plus discret et moins prononcé au fil du temps. Il lui parla donc de Je Ha un soir alors qu'ils mangeaient, lui demandant quand le croupier comptait revenir. Son cadet eut un moment d'hésitation, un regard fuyant, des lèvres incertaines et des mots balbutiés rapidement dans un ton confus, et perdu. Il avait alors compris d'où venait le problème.

Et voilà pourquoi il était ici aujourd'hui. On dirait sûrement de lui que c'était trop, qu'il n'avait pas à faire ça. Qu'il ne devrait pas faire ça. Ce n'était pas à lui que Je Ha devait des explications mais à son cadet. Du peu qu'il savait, Je Ha se montrait distant. Aoki avait dit que ce n'était pas grave, qu'il devait être occupé à cause du travail et que lui ne s'en faisait pas. Mais il ne fallait pas être aveugle pour remarquer que ce n'était pas le cas. Cela perturbait Aoki plus qu'il ne le disait. Naturellement, Ryota était venu voir Je Ha. Il refusait qu'il blesse son cadet. Il refusait qu'il lui fasse du mal. Il refusait qu'il le rabaisse, le torture, le fasse pleurer.

Quand la porte s'ouvrit, ses iris se posèrent directement sur le visage de Je Ha. Il ne se contenta de l'observer pendant plusieurs secondes avant de souffler longuement. « Qu'est-ce que t'as fait ? », lui demanda-t-il, les salutations totalement oubliées. Que Je Ha l'apprécie ou non était le cadet de ses soucis. A la différence d'Aoki, lui n'avait pas peur de demander ce qui n'allait pas et d'affronter les choses. « Et ne me dis pas rien », lui signala-t-il dans un ton dur, « Qu'est-ce que t'as fait ? », répéta-t-il, « Pourquoi tu mets Aoki dans cet état ? », il fronça quelque peu les sourcils, « Si t'as envie de rompre, fais-le tout de suite mais arrête de lui faire du mal », dit-il plus posément, dans un ton un peu plus suppliant, mais aussi plus inquiet. Parce que même si lui n'appréciait pas Je Ha, il savait que pour Aoki, c'était tout l'inverse. Et il craignait la réponse.

AVENGEDINCHAINS



_________________
all it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Im Je Ha

avatar

Messages : 26
That's where I live : Tadanashi ~
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: stop hurting him | ft Je Ha ♥   Lun 26 Fév - 14:34


"Stop hurting him"
ft. Aoki ♥



La chance n’avait jamais vraiment été de son côté et il n’avait pu que le constater à nouveau ces dernières semaines. Lorsque tout semblait aller bien, ce n’était jamais bon signe, principalement pour quelqu’un comme lui qui passait son temps à sombrer dans les galères. Pourtant, naïf, Je Ha avait voulu y croire. Il avait voulu croire que si rien de mauvais n’arrivait était parce qu’on lui accordait enfin l’honneur d’aller de l’avant puis de découvrir ce que signifiait réellement être heureux... Il était maladroit et il n’était pas le meilleur homme qu’on pouvait qualifier comme petit ami mais du mieux qu’il l’avait pu, il avait essayé. Pas une seule fois, il n’était allé voir ailleurs, pas même pour juste flirter avec la première fille qui tentait de l’approcher... Il répondait aux messages de l’étudiant, il lui  envoyait des photos, des vidéos parfois et s’amusait à le taquiner. Quand tous les deux avaient du temps libre, il s’arrangeait pour le voir, pour passer du temps à ses côtés puis finissait toujours par céder à ses petits caprices, amusé et attendri par l’innocence qui touchait Aoki. Ils étaient complètement différents, ils ne venaient pas du même monde mais probablement que c’était ce qui les rendait si particulier, ce qui faisait la force et l’intensité de leur relation. Je Ha appréciait chaque instant qu’il partageait auprès de lui, à chaque fois, il avait l’impression d’être tombé dans un cocon de légèreté, dans un nuage qui lui permettait de fuir cette réalité qu’il haïssait et c’était agréable. Il en oubliait tout le reste... Il ne songeait pas au mal que son père avait pu commettre, il ne songeait pas à cette peau collé à son corps qu’il avait toujours souhaité arraché, il ne songeait pas non plus à tous ces gens monstrueux qui les entouraient et qui adoraient les critiquer, les juger. Parce que quand Aoki était là, rien d’autre n’avait d’importance et lui-même se faisait avoir par la pureté et la douceur de l’étudiant... A sa façon, ce dernier l’emmenait dans son monde, un monde qu’il n’avait jamais pu connaître et dans lequel les ténèbres ne semblait pas exister. C’était incroyable de se rendre compte ô combien une seule personne était capable de vous emmener loin de là où vous avez toujours eu l’habitude de vivre. Son petit ami avait cette faculté là et jusqu’à présent, Je Ha n’avait jamais éprouvé l’envie de s’en séparer parce que ça lui mettait du baume au coeur, parce que ça attisait une curiosité qu’il n’imaginait pas avoir et parce que lui aussi, peut-être, il aimerait pouvoir entrevoir la lumière qu’il y avait au bout. Bien sûr, il y avait ces moments où il appréciait être seul, retrouver son indépendance puis se détendre... Il y avait ces fois où écouter son petit ami qui parlait trop le déranger mais parce qu’il était d’un naturel franc, quand quelque chose ne lui convenait pas, il l’avait toujours dit. Et jusqu’alors, ça avait toujours fonctionné.

A présent, c’était différent. Parce que cette tranquillité n’avait malheureusement pas duré et que s’il n’avait jamais cessé de se battre, il n’avait pas pensé non plus qu’on le chercherait afin de retrouver Aoki. C’était vrai... Ces hommes l’avaient déclaré l’autrefois qu’il n’avait pas dit leurs derniers mots, et en général, ce type de personnes ne plaisantait jamais. Il n’y avait plus pensé. Avec eux aussi, Je Ha avait commencé à se battre, à se défendre parce qu’il refusait évidemment d’avouer où vivait son petit ami ni qui il était pour lui afin de ne pas éveiller le moindre soupçon. Il n’avait pas réfléchi non plus lorsqu’il lui avait subitement envoyé un message pour lui ordonner de ne plus venir chez lui. C’était trop dangereux, il avait juste voulu le protéger et ça l’inquiétait. Puis, ce jour où l’étudiant s’était présenté à la porte de son appartement, là encore, le plus vieux n’avait pas été capable d’arranger ses idées, qu’effrayé à l’idée qu’on ne le découvre, il l’avait aussitôt ramené à son appartement, non pas sans le réprimander sévèrement. Plus tard, il s’était contenté de lui dire qu’il ne voulait plus le voir pendant un temps sans penser une seconde que ça blesserait le plus jeune... Qu’on l’excuse, il n’avait pas l’habitude de ce genre de relation et il n’était pas spécialement à l’aise avec les mots. Lui n’avait pensé qu’à sa sécurité, c’était tout ce qui l’avait importé sur le moment et de régler ce problème au plus vite. Sauf que ça n’avait fait que perdurer encore et encore, que c’était lui qu’on menaçait s’il ne parlait pas, c’était lui qu’on attaquait et qu’on n’hésitait pas à cogner plus violemment en espérant obtenir des informations, en vain.

Son corps était bien amoché, de nouvelles plaies dessinaient la peau de son dos, son torse, et si de nombreux bleus étaient également présents, son visage lui aussi était marqué, moins que le reste certes, cependant il n’était pas compliqué de deviner qu’encore une fois, il s’était battu. Quand on le connaissait, on ne trouverait pas cela inhabituelle et dans le fond, ça ne l’était pas. Il avait toujours été le roi à s’attirer des ennuies. Un fin soupir quitta sa bouche alors que du mieux qu’il le pouvait, à l’aide de compresses, il tentait de désinfecter ses blessures... On frappa à la porte et l’un de ses sourcils s’arqua machinalement avant qu’il ne se motive à se lever mollement puis se diriger lentement vers l’entrée de son appartement. Se penchant, il regarda au-travers de l’oeil, son incompréhension se faisant plus grande en découvrant la personne qui se tenait sur son palier. Il observa la pièce derrière lui, soufflant de plus bel face à l’état lamentable dans lequel était son logement avant qu’il ne se motive à ouvrir légèrement, juste assez pour montrer sa tête, la porte.

Il n’avait pas compris de suite ce que l’homme lui reprochait hors même lorsqu’il saisit, Je Ha n’éteignit pas cette expression dure qui était formé sur sa figure. Tout ce qu’il fit fut de lui ouvrir entièrement la porte et de le dévisager. De quoi il se mêlait encore celui-là ? Bien que, il le nierait jusqu’en enfer, savoir qu’Aoki n’était pas bien le tracassait plus que de raison. « J’étais justement en train d’y penser. Merci pour le conseil. » Sa voix était froide et poignante. La vérité était que lui-même y avait songé... Car il n’était pas certain d’être en mesure de le protéger s’il se tenait à ses côtés et il ne savait pas quoi faire pour éloigner ces hommes. Il avait beau y réfléchir encore et encore, il ne parvenait pas à trouver. « Si tu es venu juste pour ça, tu peux t’en aller. » Il aurait pu s’expliquer, Ryota était grand et tout à fait en âge de comprendre toutefois d’aussi loin que remontait ses souvenirs, Je Ha s’était toujours débrouillé seul et n’avait jamais voulu compter sur qui que ce soit. Ne dit-on pas qu’on n’était jamais mieux servi que par soi-même ? « Je contacterais Aoki, t’inquiète pas. » Qu’il s’en aille lui aussi s’il ne souhaitait pas avoir des ennuis. Ces hommes pouvaient apparaître d’une minute à l’autre.





_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sugawara Aoki

avatar

Messages : 23
Age : 24
That's where I live : Juhei
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: stop hurting him | ft Je Ha ♥   Lun 26 Fév - 16:14


Je Ha & Aoki/Ryota

stop hurting him


On pouvait l'insulter, le frapper, lui faire du mal. On pouvait le traîner dans la boue, lui mentir, lui dire des mots douloureux, Ryota s'en fichait. Sa vie ne s'arrêterait pas pour ça. Sa vie ne s'arrêterait pas pour les autres. Dans quel but ? Leur simplifier la vie ? Il préférait rester pour les embêter jusqu'au bout alors. Ryota n'était pas spécialement bavard ou expressif, il n'était pas spécialement ouvert ou souriant, mais il avait son petit caractère. S'il avait une idée en tête, il ne l'avait pas ailleurs. Et s'il voulait prouver le contraire à quelqu'un, il s'en donnerait à cœur joie. Il n'était pas quelqu'un de spécialement, et si c'était uniquement contre lui, il rendait les coups avec du retard ou il ne les rendait pas du tout. Il avait cette attitude « je m'en foutiste » sur les bords. Ce visage fermé et froid. Ce regard neutre et blasé. Il était du genre à laisser couler. Si on l'insultait, il supportait. Si on le cogner, il supportait. Il répondait généralement avec des mots mais il pouvait lui arriver d'envoyer sa réponse avec ses poings – mais il fallait vraiment le chercher pour ça. Là où la réponse était plutôt forte, précise et instinctive, c'était quand on s'en prenait à Aoki. Le plus souvent, quand cela concernait son cadet, Ryota ne réfléchissait pas et fonçait. Tant pis si des ennuis lui tomberaient dessus plus tard, le plus important était de garder Aoki à l'abri. Il acceptait tout et n'importe quoi du moment qu'on ne touchait pas son frère. Du moment qu'on ne lui faisait pas de mal. Il serait capable d'affronter les pires personnes et les pires tempêtes simplement pour son frère. Pas pour lui-même, mais pour son cadet, oui. S'il pouvait, il supporterait sa douleur à sa place. Il lui prendrait ce mal qui polluait son être et le garderait rien que pour lui. Tant pis s'il avait mal, au moins Aoki allait bien. S'il pouvait, il lui effacerait la mémoire, il lui ferait oublier ces trois années d'enfer passées avec cet homme. S'il pouvait, il lui rendrait la vie plus facile et plus légère même si cela signifiait qu'il se compliquerait la vie. Il lui montrerait tous les bons côtés des choses. Il grimperait au sommet juste pour permettre à Aoki de poser un pied le plus haut possible.
Comparé au plus jeune, Ryota n'était pas fragile. Ce n'étaient pas des mots qui le feraient flancher ou douter de lui-même, de tout. Ce n'étaient pas des mots qui l'assommeraient et ce n'étaient pas non plus des mots qui remettraient tout en question. Il n'était pas de ce genre-là. Il n'était pas comme Aoki. Aoki était beaucoup plus sensible. Aux mots, aux autres, aux événements, aux objets. Il était plus ouvert sur tout. Il était plus à fleur de peau, plus émotif aussi. Il prenait chaque syllabe à cœur. Ou bien était-ce à cause de sa naïveté ? Il croyait chaque mot qu'on lui murmurait. Il était plus dans l'incertitude que Ryota.  En un coup, Aoki pouvait se briser. En un coup, Ryota quant à lui se tenait encore debout. L'aîné avait une force de caractère que le cadet n'avait pas. Il avait une volonté qu'Aoki ne frôlait même pas. Ryota ne s'arrêtait pas sur les mots qu'on pouvait lui dire, ou sur les coups bas qu'on pouvait lui faire. Il ne s'arrêtait pas non plus sur les mensonges qu'on pouvait lui chanter. Sa vie continuait. Et justement, c'était sa vie, pas celle des autres. Il ne vivait que pour lui et agissait comme lui le voulait. Ce qu'on pensait de lui ? Ca lui passait au-dessus. Il savait faire face aux gens et leur tenir tête. Il savait utiliser les mots. Il savait se défendre. Il n'était pas fragile. Il n'était pas comme Aoki.

Aoki n'oserait pas venir jusqu'ici. Il n'oserait pas se poser devant la porte de Je Ha et toquer pour demander des explications. Pour demander ce qui n'allait pas. Aoki attendait, jusqu'à ce que l'inévitable ne vienne. Il ne parviendrait pas à se traîner jusque là pour défendre son point de vue, pour marquer sa douleur et pour la montrer à Je Ha. Si par miracle il arrivait jusqu'ici, il masquerait tout ça. Derrière un sourire ou des paroles sans sens. Il n'aurait pas le courage nécessaire pour lui dire. Il n'aurait pas la volonté qu'il fallait pour lui faire comprendre. Aoki était du genre à avoir peur de demander, alors qu'il ne se gênait pas pour répondre tout seul à ses questions. Il s'inventait des raisons, des excuses, des histoires au lieu d'aller chercher la vérité. Ce que Ryota faisait là, lui n'oserait pas. Aoki patientait. Il se faisait du mal. Il se forçait à tout camoufler.
Il n'était pas comme Aoki et lui ne pouvait pas attendre. Il ne pouvait pas continuer à le voir ainsi. Il ne pouvait pas supporter cette vision-là de son frère. Cela avait déjà duré trop longtemps pour lui. Il n'avait pas la patience nécessaire pour attendre plus longtemps. Personne n'avait le droit de le mettre dans cet état. Personne n'avait le droit. Pas même Je Ha. Pas même lui-même.

Il préféra ne rien répondre à sa remarque, se contentant de soupirer dans un léger mouvement de tête. Je Ha songeait sérieusement à rompre ? Oh cela n'attristait pas Ryota de se dire qu'il ne le verrait plus, il s'en fichait royalement et encore c'était peu dire. Mais il ne supportait pas l'idée. Pour Aoki. Parce que ça le ferait souffrir... encore. Ses lèvres se pinçant quelque peu alors qu'il prenait ses blessures en compte. Il ne commenta pas, parce qu'après tout, il n'en avait rien à faire de savoir s'il s'était battu. Ce n'était pas lui qui lui proposerait de le soigner. Ce n'était pas son souci. « Je comptais pas rester de toute façon », lui fit-il remarquer dans un léger haussement de sourcil. Il n'allait pas lui tirer les vers du nez. La vérité, ce n'était pas à lui qu'il la devait de toute manière mais à Aoki. Il n'allait donc l'interroger pendant des heures. « Si je ne m'inquiétais pas pour lui, je ne serai pas là », il haussa les épaules comme s'il venait de dire la chose la plus logique au monde. Enfin pour lui, ça l'était. Il se faisait du souci pour Aoki. « Contacte-le au plus vite », articula-t-il dans des mots secs. Pas besoin de prendre de gants avec Je Ha de toute façon, il était solide, il pouvait les encaisser. « J'ose espérer que tu le feras », il lui lança un regard plein de défi. Il savait qu'il n'était pas effrayant. Il savait qu'il n'était pas en mesure de faire trembler Je Ha de peur et en soit, ce n'était pas son but. Il voulait juste le prévenir. S'il brisait trop Aoki, il devra répondre de ses actes, tout simplement.

Du bruit retentit dans le couloir, le déconcentrant un instant, ses prunelles se dirigeant vers la source de ces sons. Deux hommes s'avançaient et il n'eut pas vraiment le temps de dire ou faire quoi que ce soit – à partir penser que Je Ha semblait avoir des amis louches – qu'il fut écarté de la porte sans aucune douceur. Je Ha, quant à lui, se retrouva poussé à l'intérieur de son appartement. Se redressant dans une grimace, il grogna légèrement. Et pardon c'était pour qui ? Même les chiens étaient plus polis. Il dépoussiéra faiblement son pantalon et dans un soupir, il jeta un rapide coup d’œil à l'intérieur. Apparemment, non, ils n'étaient pas amis. Parce qu'on ne frappait pas ses amis de cette façon. Les hommes semblaient chercher quelqu'un, et Ryota se contenta de hausser faiblement les épaules. Ce n'était pas son problème. Il sortit néanmoins son téléphone, prêt à appeler la police – il s'en fichait oui mais tout de même, il avait une conscience – mais fut coupé dans son élan en entendant le prénom de son frère sortir de la bouche d'un des hommes. « Vous lui voulez quoi ? », qu'il leur demanda, les sourcils froncés, déposant rapidement un regard vers Je Ha. Preuve était de constater qu'effectivement, Ryota ne cogitait plus du tout quand on parlait d'Aoki. « Qu'est-ce qu'il se passe ? », son regard tomba sur Je Ha et il haussa quelque peu les sourcils avant de reposer son attention sur les autres hommes. Qu'est-ce qu'ils voulaient à Aoki ? Comment le connaissaient-ils ? Et pourquoi frappaient-ils Je Ha ?

AVENGEDINCHAINS



_________________
all it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Im Je Ha

avatar

Messages : 26
That's where I live : Tadanashi ~
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: stop hurting him | ft Je Ha ♥   Lun 26 Fév - 17:36


"Stop hurting him"
ft. Aoki ♥



Peut-être, plus tard, s’excuserait-il pour son attitude d’aujourd’hui mais aussi pour avoir blessé maladroitement Aoki alors que son principal objectif était en réalité de le protéger. Bien que nombreux pourraient en douter, Je Ha avait été sincère dans cette relation et avait la véritable intention de s’y investir néanmoins c’était à croire que la vie en décidait autrement, qu’elle refusait de lui accorder ne serait-ce qu’une once de répit. Et s’il devait se sacrifier pour s’assurer la sécurité de l’étudiant, il le ferait sans hésiter même si cela signifiait devoir rompre tout lien avec ce dernier. Certainement qu’il aurait du le faire il y a déjà plusieurs semaines en arrière cependant il avait voulu se donner une chance, croire qu’il parviendrait à éloigner ces hommes et les faire oublier son petit ami, en vain. Plus les jours s’écoulaient et plus il abandonnait, ne trouvant aucune solution. Le pourquoi lui-même avait pensé que probablement, il serait mieux de mettre un terme à leur histoire avant que la situation ne prenne des proportions plus grandes encore. Il l’avait compris ce matin quand la veille au soir ces hommes l’avaient retrouvé à son travail pour le menacer, lui déclarant qu’ils reviendraient le jour suivant, et le jour encore d’après, puis encore et encore après, jusqu’à ce qu’il craque et ne leur révèle la vérité. Il s’y était préparé... Ce n’était pas grave. Du moment que l’étudiant était saint sauf, rien d’autre n’avait d’importance. Il s’en voulait de l’avoir impliqué là-dedans, il s’en voulait de l’avoir invité dans un monde qui était complètement différent du sien et dans lequel Aoki ne devait pas avoir sa place. Sans lui, rien de tout ceci ne serait arrivé et le jeune homme vivrait paisiblement à l’heure actuelle... Il ne souhait plus l’y mêler et même s’il aurait préféré rester à ses côtés, Je Ha refusait d’être égoïste. Pas cette fois-ci. Il l’avait longtemps été mais pour ce garçon, il n’avait aucunement le droit de l’être... Son petit ami n’avait rien fait de mal hormis d’avoir mis les pieds dans un quartier qui ne lui correspondait pas... S’il pouvait revenir en arrière, Je Ha aurait souhaité retourner au soir de leur rencontre, à ce moment où il l’avait défendu et plutôt que l’aborder, il lui conseillerait de ne plus jamais remettre un pied à Tadanashi, que c’était beaucoup trop dangereux pour une personne de son âge. Et sincèrement, il en était désolé... Lui avait toujours été seul donc en soit, ça ne l’aurait pas changé de d’habitude tout comme, même si c’était dommage, ça ne le dérangeait pas non plus à présent. Il était habitué à ce que sa vie prenne toujours une mauvaise tournure donc il acceptait sa fatalité. Du moment qu’il savait que le garçon irait bien de son côté, il n’aurait pas de quoi s’inquiéter ici.

Les yeux rivés en direction de son vis-à-vis, il ne l’avait pas laissé rentrer pour autant, se contentant de l’écouter avant d’hausser les épaules. « Oui, je le ferais. » Parce que ce n’était pas correcte de le laisser dans le flou... Il aurait souhaité le retrouver lorsque tout serait arrangé, lorsqu’il ne serait plus dans cet état pitoyable afin de ne pas le tracasser davantage seulement il s’était rendu à l’évidence, il n’avait pas vraiment le choix. Plus loin Aoki serait de lui, plus il serait en sécurité.

Du bruit provenant du fond du couloir l’alerta aussitôt, et alors qu’il s’apprêtait à ordonner au jeune homme de s’en aller, il n’en eut guère que le temps que ce dernier se retrouver bousculer. Lui non plus en soit ne put faire grand chose qu’on le bouscula violemment à l’intérieur de l’appartement. Comme ils lui avaient promis la veille, ils étaient revenus pour l’interroger. Cependant, de plus bel, Je Ha ne prononça pas un mot, se contentant de les défier du regard, essayant de riposter parfois alors qu’on le frappait, espérant obtenir un semblant d’informations. Il n’avait pas l’intention de dire quoi que ce soit, hormis des insultes qu’il n’avait aucune honte d’élancer à leur égard dés qu’on le touchait ou quand l’homme mentionna le prénom de son petit ami.
Il avait réellement cru que Ryota était parti et il fut plus qu’étonné de constater que ce n’était pas le cas, la panique se reflétant dans ses prunelles en entendant ses mots. Bordel, mais quel imbécile ! « Tu le connais cet Aoki ? » Que lui demanda l’un d’entre eux, un peu idiot apparemment pour ne pas remarquer la ressemblance des deux frères. Je Ha s’était redressé difficilement sur ses dires, se plaçant automatiquement devant son invité, les yeux rivés sur l’un des malfaiteurs. « Il ne le connaît pas. » Pourquoi cet idiot n’avait-il pas pris la fuite pendant qu’il en avait encore le temps ? « Il n’a rien à voir avec cette histoire, laissez-le partir. » Pas sûr que celui-ci ne le fasse ceci dit... L’homme face à lui ricana nerveusement avant de s’approcher puis de lui tirer brusquement par les cheveux, l’incitant par la même occasion à regarder en sa direction. « N’essaie pas de jouer au plus malin avec nous gamins » Gamin qui le foudroyait des yeux et qui tentait tant bien que mal de se débattre. « S’il peut nous aider à retrouver ce môme, bien sûr que ça nous concerne ! On a des comptes à régler avec lui. » Des réflexions qui ne faisaient qu’énerver toujours un peu plus Je Ha rien qu’à imaginer ce qu’ils pourraient faire à Aoki s’ils le trouvaient. « Ne pensez même pas à le toucher ! » Les menaça-t-il. Ce qui fit rire de plus bel le ravisseur face à lui qui le balança brutalement à terre. Dans son état actuel, c’était certain qu’il ne devait pas avoir l’air terrifiant mais pour sûr que s’ils essayaient de s’en prendre à l’étudiant, il ne resterait pas là sans rien faire... Il ne voulait pas avoir de sang sur les mains, il ne l’avait jamais voulu parce qu’il ne désirait pas être le même homme qu’était son père hors si la vie d’un proche était en jeu, c’était différent.  





_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sugawara Aoki

avatar

Messages : 23
Age : 24
That's where I live : Juhei
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: stop hurting him | ft Je Ha ♥   Lun 26 Fév - 18:51


Je Ha & Aoki/Ryota

stop hurting him


Ryota s'était promis une seule et unique chose après le retour d'Aoki. Celle de le protéger quoi qu'il arrive. Il voulait lui éviter une nouvelle torture. Il voulait lui éviter de nouvelles blessures. Il se l'était promis, et chaque jour, c'était son but. A chaque fois qu'il se levait, son cadet était l'une des premières personnes à qui il songeait. Quand il rentrait du travail le soir, il était la seule qu'il avait envie de voir. Il prenait soin de lui du mieux qu'il le pouvait. Il agissait de façon excessive peut-être. Il agissait un peu trop fort parfois, au point où l'image du père de maison lui collerait mieux à la peau que celle du frère, mais il s'en fichait. S'il faisait les choses de cette façon, c'était tout simplement pour protéger son cadet. Il faisait attention à chaque personne qui entrait dans sa vie. Il faisait attention à chaque geste que l'on avait envers lui, à chaque mot, à chaque souffle. Quand ils se promenaient tous les deux, Ryota reprenait son rôle de grand frère, et veillait à chaque pas de son petit frère. Il faisait attention à ce qu'il ne tombe pas – connaissant la maladresse d'Aoki cela arrivait plus souvent qu'on ne le croyait. Il faisait attention à ceux qui s'approchaient de son cadet. Il surveillait l'étudiant quand il s'éloignait et revenait bien rapidement vers lui. Il ne voulait pas qu'il lui arrive un autre malheur comme à l'époque. Quand il le pouvait, il allait le chercher après les cours, ou après le travail. S'il était en congé, il passait même au konbini juste pour s'assurer que tout allait bien. Quand Aoki allait en soirées, il devait mettre son aîné au courant de la situation. Et si Ryota estimait que trop de temps était passé depuis le dernier message, il l'appelait. Généralement Aoki gardait un rythme dans ses réponses. Parfois il l'appelait de lui-même en plein milieu d'une soirée pour lui assurer que tout allait bien. Et il y avait des fois où Ryota venait le récupérer. Peut-être qu'Aoki ne voulait pas mais il n'en disait jamais rien. Il se contentait de sourire et de le remercier tout en grimpant dans la voiture. Peut-être qu'Aoki lui-même trouvait cela exagéré mais il ne commentait jamais. Il ne rouspétait jamais non plus quand Ryota lui demandait d'appeler ou lui envoyer des messages alors qu'il était avec des ami(e)s. Il n'y avait que les fois où il était parti avec Je Ha qu'il s'était retenu de lui demander des nouvelles. Il n'était pas immonde au point de gâcher leurs sorties. Au point de gâcher ces instants à Aoki. Mais ce dernier lui répondait quand il pouvait pour lui raconter ce qu'ils faisaient, ou tout simplement pour lui raconter une chose qui venait de lui passer par la tête. Peut-être que les autres détestaient cela. Peut-être même que Je Ha détestait cela. Mais cela importait peu aux yeux de Ryota, parce qu'ils ne savaient pas.
Ils ne savaient pas ce par quoi Aoki était déjà passé. Et ils ne savaient pas à quel point Ryota regrettait amèrement son comportement de l'époque. Ils ne savaient pas ce que cela faisait de perdre son frère pendant trois ans parce que l'on avait pas compris – ou pas voulu comprendre – les signes de son malaise. Ils ne savaient pas à quel point c'était toujours aussi culpabilisant d'y songer, de voir qu'on avait remarqué mais aussi de voir que l'on avait rien fait. Parce que Ryota aurait pu commenter les silences du plus jeune, il aurait pu pointer ses absences à l'entraînement du doigt mais il n'en avait rien fait. Le passé était le passé néanmoins, et il ne pouvait plus rien changer.
Il pouvait cependant travailler à rendre l'avenir d'Aoki meilleur. C'était ce qu'il essayait de faire. C'était ce qu'il tentait de réaliser en empêchant les autres de lui faire du mal. Alors on pouvait le juger, on pouvait avoir une image négative de lui, on pouvait ne pas l'apprécier, on pouvait le traiter d'idiot, de paranoïaque, de tout et n'importe quoi, ça ne lui changeait pas la vie. Si un jour Aoki venait à lui demander d'arrêter, il ne savait pas s'il agirait en ce sens ou non. Il ne voulait pas perdre son frère parce qu'il était trop protecteur. Il ne voulait pas qu'il se sente mal ou gêné à cause de lui. Hors il ne voulait pas non plus qu'on lui fasse du mal. Il ne voulait pas que l'on profite de son absence pour blesser Aoki. Même si, au fond, il savait que si quelqu'un était mal intentionné, il le serait jusqu'au bout, que Ryota soit là ou non. Que Ryota tente de l'empêcher ou non. Si quelqu'un voulait faire du mal à Aoki, il y parviendrait un jour ou l'autre, d'une façon ou d'une autre.

Je Ha pouvait le maudire pour être venu jusque là juste pour lui dire cela. Mais ça lui paraissait essentiel de faire le déplacement. Ca lui paraissait primordial de montrer à l'autre jeune homme qu'il agissait mal et qu'il blessait Aoki. Surtout s'il pensait à rompre, pourquoi ne pas le faire histoire que chacun puisse tourner la page ? Il espérait alors qu'il le contacterait comme il venait de lui dire, pour lui donner les explications qu'il méritait. Et s'il ne le faisait pas, il reviendrait, même s'il n'était pas vraiment convaincu que cela puisse faire flancher l'homme tatoué.

Et il serait parti suite à ses mots. Il serait retourné à l'appartement. Aoki ne savait même pas qu'il était ici. Il serait parti, même après la venue de ces hommes. Il aurait simplement appelé la police pour les faire intervenir mais il n'aurait pas cherché à intervenir de lui-même. Il serait rentré aussi vite qu'il était venu. Seulement voilà, il avait fallu qu'il entende le prénom d'Aoki dans leurs bouches.
Offrant un regard non impressionné à celui qui venait de parler, il le fixa durant de longues secondes sans rien dire. Il venait de remporter la palme du plus intelligent de l'assemblée, bravo. S'il le voulait il l'applaudirait presque dis donc. Il observa rapidement Je Ha, ses sourcils se haussant quand ses prunelles tombèrent sur l'arrière de sa tête. Il faisait quoi, là ? Il eut une moue perplexe avant de secouer le visage, le visage éteint. Comme s'il allait partir sagement en sachant que des hommes en avaient après son frère... Il préféra ne pas commenter. Il se décala légèrement pour pouvoir apercevoir l'homme qui se mettait à rire, ses sourcils se fronçant clairement quand il s'approcha. Un petit air surpris se dessina sur son visage quand il tira Je Ha par les cheveux. Il détailla leur échange en silence, laissant son regard se balader sur la figure de l'un puis de l'autre. « Quel genre de comptes à régler avec lui ? », les questionna-t-il, les traits du visage étirés dans un air dur. Ils n'avaient pas intérêt à s'approcher de son cadet. Ils n'avaient pas intérêt à ne serait-ce que le frôler. Surtout qu'il ne voyait pas le mal qu'Aoki aurait pu leur faire pour qu'ils lui en veuillent autant. Ses iris se détournèrent vers Je Ha, qu'il regarda un instant. Au moins il ne dénonçait pas Aoki. L'estime qu'il avait pour lui venait de grimper. Un tout petit peu. « Comme il a dit », fit-il lentement en désignant Je Ha, « Je vous interdis de le toucher », articula-t-il en leur lançant un regard noir, la mâchoire serrée. Ses poings se serrèrent violemment contre ses cuisses, ses jointures blanchissant sous la force qu'il exerçait sur ses phalanges. Il ne voulait même pas savoir ce qu'ils avaient contre Aoki. C'était un détail inutile. Ils voulaient lui faire du mal, c'était tout ce qu'il retenait. Scrutant l'état de Je Ha, il eut une faible grimace en remarquant qu'il ne pourrait peut-être pas faire grand chose. Mais tant pis. Il appuya son regard dans le sien, avant de hausser brièvement les épaules dans un air décidé. On parlait d'Aoki. Il ne réfléchissait pas. Il agissait. Il espérait que Je Ha ait compris son intention par ce regard. Si ce n'était pas le cas, il comprendrait certainement d'ici quelques secondes.

Sans hésitation, son poing se leva brusquement et alla s'abattre contre la gorge de l'homme qui était près de lui. Il secoua sa main – bordel ça faisait mal. Il n'avait pas l'habitude, mine de rien – et envoya son autre poing contre sa joue dans l'espoir de l'assommer un peu plus. Bien évidemment, il était préparé à recevoir des coups en retour. Il n'était pas idiot au point de croire qu'il allait s'en sortir indemne. Une douleur au ventre lui fit lâcher un bruit plaintif avant que les traits de son visage ne s'étirent dans une mine irritée. Une colère pure brillait dans ses pupilles. Il donnait les coups au même rythme qu'il les recevait. Du moins il essayait.

AVENGEDINCHAINS



_________________
all it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Im Je Ha

avatar

Messages : 26
That's where I live : Tadanashi ~
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: stop hurting him | ft Je Ha ♥   Lun 26 Fév - 20:29


"Stop hurting him"
ft. Aoki ♥



Honnêtement, Je Ha n’en avait strictement rien à faire de Ryôta. Bien sûr, il préférait que celui-ci ne soit pas blessé mais parce que le jeune homme s’y était mêlé sans avoir été invité, c’était son problème. Toutefois, en entendant les âneries que ce dernier avait échappé, lui n’avait pu rester là sans bouger et s’était senti obligé d’intervenir, espérant que le garçon ne s’enfonce pas plus. On ne plaisantait pas avec ces gars là... S’il s’était montré distant pendant des jours et des jours, c’était pour ne donner aucune piste à ces vauriens, pour qu’ils ne découvrent pas où son petit ami habitait, avec qui, ni où il étudiait... C’était pour les induire en erreur, pour qu’ils se focalisent sur lui-même puis oublient le plus jeune hors aucun d’eux n’avait voulu abandonner. Tout ça à cause d’un verre renversé, c’était pitoyable... Peut-être n’avaient-ils pas apprécié d’avoir presque été battu ce jour-là mais dans ce cas, ce serait à lui qu’on devrait donner une correction n’est-ce pas ? A moins que cela soit également une question de témoignage... Aoki avait assisté à toute la scène. Et au contraire de Je Ha, il n’avait aucune raison de ne pas se rendre à la police pour dénoncer ce qu’il avait vu, ni ce qu’il avait vécu. Lui n’irait jamais porter plainte au commissariat parce que s’il le faisait, il n’avait pas d’autres choix que de couler avec eux puis... Il ne faisait pas confiance aux flics. S’ils arrêtaient ces trois là, il y avait tout un clan derrière qui pouvait prendre la relève donc ça serait complètement inutile. Ils avaient peur de leur propre peau, c’était des minables de s’attaquer à un innocent qui n’avait aucune mauvaise intention et qui, ce soir-là, n’avait souhaité que se détendre et s’amuser. Du mieux qu’il le pouvait, jusqu’à présent, il avait réussi à les tenir à l’écart parce que s’ils continuaient à lui courir après sans essayer de le tuer, c’est qu’ils n’avaient rien trouvé... Et ils ne tueraient pas tant qu’ils ne l’auraient pas trouvé, c’était certain. Mais voilà que Ryôta jouait aux idiots, qu’ils se mêlaient de choses qu’il ne comprenait pas... Avait-il conscience qu’en agissant de cette façon, il les aidait et que surtout, ils se mettraient à le suivre lui aussi, ce qui les mènerait directement à l’endroit où vivait le plus jeune ? Cela le rendait dingue et ça l’angoissait. Tout ce qu’il avait fait jusqu’à maintenant n’aurait servi à rien et l’étudiant serait plus encore en danger. Malheureusement, il ne pouvait pas rétorquer au grand frère de se taire, ça ne ferait qu’attiser leur curiosité et affirmer qu’en effet, celui-ci le connaissait.

Sauf que comme attendu, le jeune homme n’avait pas grandement réfléchi à ses actes, sûrement parce que au contraire du croupier, il n’avait jamais fait partie de ce monde là et ne savait pas comment ça fonctionnait au sein des différents clans.
Un soupir traversa la commissure de ses lèvres en l’entendant alors qu’il se redressait mollement. « Je te le dirais si tu me dis où il est. » Déclara l’homme qui croyait réellement que le garçon face à lui lui révélerait la vérité. Le pourquoi d’ailleurs Je Ha ne fut nullement étonné de sa rétorque et il n’eut pas besoin de réfléchir trop longtemps pour comprendre ce que signifiait cette lueur qui brillait dans son regard. Ryôta souhaitait se battre et les affronter... Ce n’était pas ce qui les ferait fuir définitivement, ils reviendraient toujours cependant à présent que l’autre s’était lancé, il ne pouvait pas rester ici sans rien faire. Du mieux qu’il le put, il essaya de s’attaquer au second ravisseur, le cognant et se défendant, néanmoins avec toutes ses blessures, c’était plus délicat. Il ne pouvait pas se mouvoir comme il le souhaiterait. Balançant l’homme au sol, il se pressa dans le fond du salon où ouvrant une porte d’un meuble, caché sous une serviette, il se saisit du revolver qui se trouvait là. « Ça suffit maintenant ! » S’exclama-t-il en les pointant à l’aide de son arme, un air grave sur la figure. « Dégagez de chez moi. » Et eux savaient que Je Ha ne plaisantait pas, qu’il n’hésiterait pas à tirer, qu’il n’avait que faire que la police se ramène chez lui pour l’enfermer derrière les barreaux. Ce ne serait pas la première fois... La tension était à son comble, tout le monde s’était arrêté comme si le temps lui-même avait été mis en pause. L’un des hommes donna un coup de coude à son camarade, lui conseillant de s’en aller pour l’instant, ce que l’autre parut acquiescer d’un mouvement de tête. « Cette histoire n’est pas terminée ! On reviendra. » L’hôte ne se laissa pas impressionner, les fixant de ses yeux sombres, sans jamais baisser le revolver qu’il tenait entre ses mains. Il savait que ce n’était pas maintenant qu’on le laisserait tranquille hors puisque Ryôta était là, il préférait y mettre un terme avant que la situation prenne des proportions qu’il ne pourrait plus contrôler. La porte claqua brusquement, signe qu’ils avaient enfin quitté les lieux et que pour aujourd’hui au moins, il était en paix. Dans un lourd soupir, il se laissa tomber au sol, collant sa tête contre le meuble en guise d’appui. « Bordel. » Souffla-t-il, s’essuyant le sang qui coulait le long de sa lèvre. Il était exténué...

Clignant faiblement des paupières, ses prunelles s’égarèrent sur le garçon restant dans la pièce et en silence, il le fixa pendant un long moment. « Tu n’aurais rien dû dire et partir. » Son ton était calme, pas agressif non plus, cela aurait été le comble en sachant que malgré tout, même si ce n’était pas pour lui principalement, Ryôta l’avait aidé. « Ils ne vont plus te lâcher maintenant. » Peut-être même l’attendaient-ils déjà en bas de l’immeuble afin de « l’interroger » à son tour. « Et ils vont le retrouver. » Et ça l’inquiéter bien plus que ce qu’il n’exprimait. Il fallait absolument qu’il trouve une solution rapidement. Ce n’était plus le moment de penser raisonnablement... Il n’y avait plus de temps pour ça... Aoki était certainement encore plus en danger qu’il ne l’avait jamais été jusqu’à présent.






_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sugawara Aoki

avatar

Messages : 23
Age : 24
That's where I live : Juhei
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: stop hurting him | ft Je Ha ♥   Lun 26 Fév - 22:07


Je Ha & Aoki/Ryota

stop hurting him


S'il devait comparer son frère à quelque chose, s'il devait lui donner une image pour que tout le monde comprenne ce qu'il était et qui il était, Ryota le comparerait à un cristal. Brillant, il rayonnait dans l'ombre. Il étincelait dans la pièce où il se trouvait. Unique. Il paraissait être identique à son voisin, et pourtant, il était tellement différent. Il était le seul à être ainsi. Il était le seul à avoir été fait de cette façon. Fragile. Parce qu'un rien pouvait le briser. Une simple chute pouvait l'anéantir.
Aoki était comme un cristal que l'on devait entretenir pour ne pas qu'il devienne usé par le temps et la vie. Un cristal que l'on devait déplacer avec soin. Un cristal sur lequel l'on devait poser ses doigts le plus doucement possible. Un mouvement trop brusque, et il cassait. Un cristal sur lequel l'on ne devait pas appuyer. Trop faible à la pression, il se briserait. Si l'on parlait trop fort près de lui, on le rayerait. Si l'on changeait son environnement, on le perturbait. On le perdait. Il fallait y faire attention. Il fallait en prendre soin. Il fallait le caresser avec douceur et lui susurrer des mots tendres. Et si l'on venait à le fissurer, il fallait être en mesure de pouvoir tout recoller. Aoki était un cristal, et c'était peut-être trop allégorique. C'était peut-être une façon trop créative de le voir. On le traiterait peut-être de fou s'il le disait à voix haute, mais il voyait Aoki comme quelque chose d'étincelant mais de tellement délicat qu'on ne pouvait pas le malmener comme on le souhaitait. Il était déjà abîmé. Il était déjà fissuré. Il n'avait pas encore fini de guérir. Peut-être n'y arriverait-il jamais. Il n'était pas encore assez stable pour en supporter davantage. Il était trop bon pour ce monde. Il était trop innocent pour les individus qui vivaient ici. Il n'était pas assez fort pour résister aux chocs, aux coups, aux mots. Pour résister à la vie elle-même. Pour se battre face au destin. Pour oser affronter la foule.
Ryota l'avait déjà laissé tomber une fois. Il espérait ne pas le faire tomber à nouveau.
Il tentait de s'occuper de lui du mieux qu'il le pouvait. Il faisait attention à ne pas l'égarer ou à le laisser seul trop longtemps. Il faisait attention à ne pas le brusquer. Il faisait attention à ses mots et à ses gestes. Il ne souhaitait pas lui faire du mal, et s'il remarquait en avoir fait, il essayait de se racheter. Il s'excusait. Il s'occupait un peu mieux de lui. Il veillait à ne pas l'étouffer, bien que cela pouvait être remis en question. Il veillait à ce qu'on ne le bouscule pas trop soudainement. Il surveillait qu'on ne lui fasse pas de mal. Il essayait de faire de son mieux. Pour ne pas refaire la même erreur, et pour réparer celle qu'il avait faite. Si un jour quelqu'un le blesserait, et qu'Aoki y perdait gros, qu'il y perdait la vie, il ne répondrait plus de rien. Il ne savait pas de quoi il serait capable, mais pour Aoki il serait prêt à énormément de choses juste pour le protéger. S'il pouvait le mettre dans une bulle afin que personne ne puisse l'approcher, il le ferait. Parce qu'il était trop précieux pour cet univers. Il était trop insouciant, et trop maladroit. Et à l'heure actuelle, on profitait des gens comme lui. On profitait toujours des personnes comme lui. On avait déjà profité de lui. On l'avait déjà bousillé. On l'avait déjà souillé de la pire des manières. On lui avait arraché sa liberté. On l'avait privé de tout. Il ne permettrait à personne de recommencer ce manège terrible. Et si quelqu'un recommençait, si on lui enlevait une nouvelle fois son sourire, si on le tuait, Ryota serait prêt à franchir la ligne. Il serait prêt à basculer de l'autre côté. Pour le venger. Pour libérer son âme à défaut d'avoir pu le libérer autrement. Et s'il devait mourir en le protégeant, il le ferait, parce que cela voulait dire qu'il fermerait les yeux en protégeant une belle cause.

Ses actes présents en étaient la preuve. Il se battrait jusqu'au bout pour Aoki. Il se remuerait jusqu'à son dernier souffle. Bien qu'en soit, ce n'était pas ici ou maintenant qu'il voulait mourir. Parce que rien ne lui dirait qu'Aoki serait sain et sauf. Il ne pourrait pas se reposer tranquillement sans savoir cela. Alors il frappait. Il cognait. Il se défendait. Il attaquait. Il donnait son maximum. Il se lâchait. Il exprimait tout ce qu'il avait toujours retenu. Il faisait parler son cœur dans chacun de ses gestes. Il bombardait sa haine, sa rancœur, sa peur, son inquiétude sur cet homme. A chaque coup qu'il lui lançait, c'était un autre sentiment qu'il laissait échapper. C'était une autre émotion qui prenait le dessus. Il passait ses nerfs sur ce type, et il n'en éprouvait aucun regret. Il voulait faire du mal à Aoki. Il ne méritait même plus de vivre rien que pour imaginer le faire souffrir. Il le dégoûtait. Il n'était pas mieux que l'homme qui l'avait emmené à l'époque. Il était une pourriture de la pire espèce. Ses poings martelaient la peau de l'autre tandis que sa propre chair se voyait marquée en retour.
Ryota n'était pas quelqu'un de violent. Il était quelqu'un de calme, et de posé.
Sauf en cet instant précis, où il serait prêt à absolument tout pour que cet homme oublie l'existence de son cadet. Sa raison semblait s'évaporer, et seule la sécurité d'Aoki comptait. Rien ni personne d'autre. Il ne faisait même pas attention à ce que Je Ha faisait de son côté. Il ne faisait que fixer l'homme face à lui, jusqu'à ce qu'une voix le tire soudainement de sa transe. Son corps devint immobile en même temps que celui des autres, et son visage se tourna automatiquement vers Je Ha, les sourcils froncés. Pourquoi les interrompait-il ? Une fine moue surprise combla sa figure avant qu'il ne s'étire à nouveau dans des traits fermés. Ses bras tombèrent le long de son corps alors que les deux hommes s'en allaient. Quand la porte claqua, il s'affaissa doucement sur le sol, soufflant longuement dans une grimace plus du tout contenue. Il s'installa plus confortablement sur le sol, sa tête tombant en arrière alors qu'il récupérait son souffle et qu'il jurait silencieusement sous la douleur. Ca faisait un mal de chien...

« Tu n'aurais dû tout dire et t'expliquer », rétorqua-t-il dans le même ton que Je Ha, le visage toujours levé vers le plafond. Il baissa son visage avec douceur pour planter son regard dans celui de l'autre jeune homme, sa main massant douloureusement son ventre. « Ils risquent de t'apprécier encore plus maintenant », qu'il lui répondit dans un léger mouvement d'épaules. Ils avaient bien dit qu'ils reviendraient non ? Je Ha allait donc avoir une nouvelle visite de leur part donc. Il n'aimait pas du tout ce quartier. « Je sais », ses prunelles se baissèrent vers le sol. Si ces types se mettaient à le pister parce qu'il les avait frappés, ils risquaient de tomber sur Aoki. « Mais je pouvais pas rester sans rien faire », il releva ses iris vers lui, les sourcils quelque peu froncés dans un air dur. « On ne touche pas Aoki », dit-il simplement, étalent la stricte vérité. Ce que Je Ha avait peut-être déjà remarqué, mais c'était toujours bon de le répéter. « C'est noble de ta part de vouloir le protéger », il frôla ses pommettes dans une autre grimace. Aoki allait le tuer de questions. « J'apprécie », prononça-t-il sincèrement, inclinant faiblement sa tête dans une reconnaissance silencieuse. « Je sais pas si je dois t'applaudir ou te frapper cela dit », son visage s'inclina à gauche et à droite, comme s'il hésitait. « Les deux sans doute », qu'il termina après quelques secondes de silence, le ton simple et une mine détendue plaquée au visage, ses lèvres finement étirées en une esquisse amusée. « Et range-moi ça », ajouta-t-il ensuite en désignant l'arme dans une mine sévère, peu heureux de voir ce genre de choses chez lui.

AVENGEDINCHAINS



_________________
all it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Im Je Ha

avatar

Messages : 26
That's where I live : Tadanashi ~
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: stop hurting him | ft Je Ha ♥   Lun 26 Fév - 23:01


"Stop hurting him"
ft. Aoki ♥



Je Ha avait toujours eu un tempérament un peu rebelle et si celui-ci s’était amplifié avec les années, il n’avait jamais quitté ce monde de débauche dans lequel il vivait actuellement. Il n’avait pas peur qu’on s’en prenne à lui, qu’on le frappe ou qu’on le séquestre pour au final jeter son corps au fond de l’océan... C’était une telle vie qu’il menait et il avait conscience que du jour au lendemain, elle pouvait s’éteindre à cause d’une bagarre qui avait mal tourné, à cause d’un règlement de compte comme aujourd’hui autant qu’il pouvait se faire renverser par une voiture puis ne plus jamais se réveiller. Alors, franchement, il n’avait pas peur que ses hommes ne s’en prennent à lui, qu’ils continuent de le menacer et de le tabasser s’ils le souhaitaient... Ce qui l’effrayait, c’était se dire qu’Aoki était en danger, lui ne méritait pas tout ça parce qu’il n’avait jamais demandé de vivre une tel vie et que la personne qui l’avait entraîné là-dedans, c’était lui. Il devait impérativement trouvé quelque chose pour les éloigner, pour ne pas qu’ils suivent Ryota et qu’ils ne découvrent pas où vivait son petit ami... C’était tout ce qu’il demandait. Que lui finisse dans le fond d’un trou, y avait-il de l’importance ? Non. Il l’aurait mérité... Il ne faisait que jouer avec le feu depuis son plus jeune âge, il ne faisait que provoquer le mal de plus en plus et même s’il n’était pas le fils de son père, ça n’empêchait pas que des « conneries », il en avait fait plus d’une. Cela n’ennuierait personne de le voir personne, peut-être même que ça en ravirait plus d’un. Et même s’il n’éprouvait pas spécialement l’envie de mourir, il n’avait pas peur pour autant. Tout le monde mourrait un jour après tout, si son heure était venue, il ne cracherait pas dessus. Encore moins si cela signifiait qu’il avait pu protéger l’unique individu qui avait parvenu à le changer un minimum et faire de lui ce qu’il n’avait jamais pensé être. Aoki lui était précieux, plus que ce que lui-même imaginait, plus que ce que Ryota concevait et si Je Ha avait agi ainsi, c’était justement parce qu’il tenait à lui et qu’il n’avait pas su comment se comporter autrement. La simple idée qu’on aurait pu détruire son existence l’avait tant terrifié qu’il n’avait pas été en mesure de réfléchir et que tout ce qu’il avait trouvé à faire, c’était de l’éloigner le plus rapidement possible. Il n’avait pas pensé au reste ni au fait que la distance le ferait souffrir, ni au fait que l’étudiant prendrait ses mots à la lettre près. Tout était de sa faute, il en avait purement conscience mais au moins, jusqu’à présent, Aoki était en sécurité.

Et même si ces hommes s’en étaient allés, le jeune homme était loin d’être rassuré. Le grand-frère en avait beaucoup trop dit et trop fait... C’était une avancée de plus pour les malfaiteurs et peu importait la manière, il ne pouvait pas les laisser gagner. Il devait les rattraper et les empêcher au point où ils ne pensent plus, pas même une seconde, à lever ne serait-ce qu’un doigt sur son petit ami. S’il n’avait pas relevé la première remarque de son interlocuteur, pour la seconde, Je Ha haussa vaguement les épaules. « J’ai l’habitude. » Encore plus ces derniers temps au vue de comment ils étaient insistants. Les yeux rivés en sa direction, il resta silencieux, une faible esquisse se formant sur ses lèvres lorsque Ryota avoua qu’on ne touchait pas à Aoki. « J’ai cru comprendre. » Au moins, ils étaient d’accord sur un point, c’était déjà pas mal. La tête toujours appuyée contre le mur, il ferma quelques instants ses paupières, se reposant tandis que sa respiration était lente, clairement affaibli par toutes les actions de ces derniers jours. Il les rouvrit quelques instants plus tard, observant toujours son l’autre jeune homme qui s’exprimait. « C’est normal de vouloir protéger les gens à qui on tient. » Il n’avait aucunement l’intention de s’en cacher et si dans d’autres circonstances, il se serait probablement braqué, il n’avait aucune raison de le faire en ce moment précis. Puis, il n’en avait pas vraiment la force non plus. « Applaudis-moi s’il te plaît. » Il arbora à son tour un éclat plus amusé « Me frapper, on l’a déjà fait. » Plusieurs fois même. Il n’était pas certain que son corps soit capable d’en encaisser encore énormément. Son regard se détourna instinctivement sur l’arme que le garçon désignait et haussant les épaules, comme si lui ça ne le choquait pas tant que ça, il la rangea dans l’armoire contre laquelle il s’était adossé. « Ca va ? » Lui avait l’habitude mais de là à dire qu’il ne ressentait pas la douleur serait mentir... Chaque parcelle de son corps le tiraillait et lui donnait l’impression de se casser au moindre mouvement qu’il effectuait mais il avait les séquelles des jours passés. « Sers-toi dans la salle de bain si tu veux. » Il n’était pas méchant, il ne l’avait jamais été et maintenant que le jeune homme paraissait plus ouvert à la discussion, il n’avait aucune raison de le chasser.




_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sugawara Aoki

avatar

Messages : 23
Age : 24
That's where I live : Juhei
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: stop hurting him | ft Je Ha ♥   Mar 27 Fév - 0:21


Je Ha & Aoki/Ryota

stop hurting him


Faisait-il bien en traitant Aoki ainsi ? Etait-ce une bonne chose de le traiter comme s'il était la chose la plus précieuse au monde ? Comme s'il était ce diamant brut qu'on voulait protéger afin d'empêcher les voleurs de s'en emparer. Etait-ce une bonne chose de surveiller ses gestes, pour qu'il ne fasse pas mal, comme s'il risquait de se briser au moindre impact ? Comme s'il n'était qu'une poupée de verre. Comme s'il était « en sucre », capable de s'envoler au moindre coup de vent. Probablement qu'on lui dirait que non. Ce n'était pas la bonne chose à faire. Ce n'était pas la meilleure façon de traiter quelqu'un. On lui dirait que l'autre pouvait se sentir asphyxier par cette façon de faire, ou qu'au contraire, cela pouvait lui monter à la tête. On lui dirait qu'il ne fallait pas lui faire croire que le monde voulait son malheur. On lui dirait qu'il fallait lui voir les choses par lui-même, pour qu'il comprenne. Mais Aoki avait déjà compris. Il avait déjà vu. Il avait déjà vécu le malheur et la misère à cause d'un autre. Il connaissait. Il s'en doutait. Alors pourquoi Ryota devrait-il lui faire comprendre encore ? Il n'y avait plus rien à comprendre. Et son cadet n'était pas du genre à se monter la tête en se voyant être traité différemment. Il n'était pas du genre à se sentir unique au point où le monde ne tournait qu'autour de lui. Il n'était pas comme ça. Jamais.
Et puis, concrètement, de qui Ryota aurait-il dû suivre l'exemple ? Sur qui aurait-il dû copier sa façon d'être et de faire ? Qui aurait pu être son modèle, la personne dont il voudrait calquer les moindres mouvements, les moindres mots. Il n'y avait personne. Sa mère n'était clairement pas un exemple de personne à suivre. Elle en était loin. Trop loin même. Elle n'était pas la mère totalement ingrate et égoïste. Elle n'était pas le stéréotype de la mère qui ne s'occupait pas de ses enfants. Elle s'était occupée d'eux. Elle avait juste sa préférence, Mitsuo, et elle le montrait clairement. Elle n'était pas une « mauvaise » mère dans le stricte du terme. Elle était juste loin d'être une bonne mère. Il ne savait même plus si elle l'avait été un jour. S'il l'avait un jour vu comme une vraie mère. Sans doute que oui. Probablement. De toute manière, cela importait peu. Elle s'était comportée comme la pire des génitrices au retour d'Aoki. Elle avait fui. Elle ne lui avait plus adressé la parole. Elle n'avait même plus réussi à soutenir son regard et encore moins sa présence près d'elle. Elle aurait dû le rassurer. Elle aurait dû être là pour lui, plus que quiconque. Mais elle avait été l'une des premières à détourner le regard. Elle était partie, alors qu'elle aurait dû rester. Elle n'avait rien fait, et sans doute que dans le fond, Ryota lui en voudrait toujours pour cela. Il était son fils. Sa chair. Son sang. Et elle l'avait laissé tomber. C'était ignoble, et impardonnable.
Il ne pouvait pas prendre exemple sur son géniteur. Il le connaissait à peine, donc aucun moyen de le prendre comme modèle. Puis il restait Mitsuo. Qu'il ne plaçait même pas dans la catégorie de gens à qui l'on rêvait de ressembler. Il avait suivi l'exemple de sa mère, en n'étant ni le meilleur frère au monde mais en n'étant tout de même pas le plus mauvais. Il avait des bons côtés... quelque part. Aujourd'hui, Ryota ne cherchait même plus à les exposer, ça le fatiguait et ça ne servait à rien. Lui aussi avait laissé tomber Aoki. Il ne valait pas mieux que leur génitrice. Il n'avait pas soutenu leur cadet, alors qu'il aurait dû se montrer présent. Il ne savait même pas pourquoi il était parti, pourquoi il avait fui aussi lâchement. Il ne savait même pas ce qu'il devenait. Peut-être bien qu'il était mort. Peut-être bien qu'il était sur l'île et qu'il ne l'avait jamais croisé. Il s'en fichait. Tout comme il était sûr que Mitsuo s'en fichait de savoir ce qu'ils étaient devenus.
Sur qui, alors, aurait-il dû prendre exemple ? Il ne restait plus personne. Il avait dû construire tout cela lui-même. Il s'était montré le plus calme et le plus patient avec Aoki à son retour. Il s'était montré le plus présent. Il se montrait le plus présent pour lui. Il avait construit sa façon d'être au fil des années. Avec cette promesse qu'il s'était faite, il n'avait pas eu d'autres choix que de s'adapter. Il ne s'en plaignait pas. C'était pour le bien de son frère alors il ne regrettait pas les légers changements. Au contraire, il en était ravi.
En soit, Ryota n'avait pas non plus besoin de l'avis des autres pour s'occuper de son frère. Même si on lui disait qu'il faisait mal les choses, il continuerait à les faire ainsi. Parce qu'il pensait bien agir. Il arrêterait le jour où Aoki lui demanderait. Pas avant.

Pour sûr que cette manière qu'il avait de réagir au quart de tour quand cela concernait le plus jeune n'était pas la meilleure chose qu'il soit. Il en perdait sa faculté à réfléchir. C'en était affolant. Il oubliait tous les principes. Il jetait le respect par la fenêtre. Et il usait de ce qu'il pouvait pour affirmer son envie de protéger son cadet. Pour montrer qu'il était là, et qu'avant de s'en prendre à Aoki, il fallait s'en prendre à lui. Il n'était pas extrêmement fort. Il n'était pas le plus musclé et le plus combatif. Mais il était borné, et il savait résister.
Il ne commenta pas l'habitude très étrange de Je Ha. Après tout, il occupait ses journées comme il l'entendait, bien qu'il n'approuvait pas ce mode de vie. Il n'était pas son frère, et ce n'était pas ses affaires. Cela le deviendrait simplement si un jour Aoki se retrouvait mêlé dans une bagarre. Il hocha faiblement la tête à ses mots suivants. On ne faisait pas de mal au plus jeune, et il était quelque peu étonné, et ravi, que Je Ha et lui soient sur la même longueur d'ondes. Savoir que Je Ha cherchait à protéger Aoki le rassurait, en un sens. Savoir qu'il résistait simplement pour que ces hommes ne le trouvent pas l'apaisait quelque peu. Le croupier gagnait des points. Cela dit, si Ryota voulait vraiment être pointilleux, il pouvait dire que Je Ha en perdait en agissant quelque peu maladroitement. Il aurait pu expliquer la situation à Aoki. Du moins dans les grandes lignes. Son cadet aurait compris et en plus de cela, il ne souffrirait pas en ce moment. Il approuva ses paroles d'un léger sourire, qui disparut en quelques secondes. C'était normal, oui. Mais pas pour tout le monde. Il appréciait les efforts de Je Ha pour protéger Aoki. Il appréciait aussi que le croupier lui confirme tenir à son frère. Il l'avait prouvé et en plus il le disait. « Je peux pas je tiens le sol », répondit-il, une main appuyée effectivement sur le sol tandis que l'autre palpait son corps pour vérifier qu'il ne lui manquait rien. Il fit cependant claquer ses doigts contre le parquet en guise d'applaudissements. Il le regarda un instant et haussa les épaules dans une nouvelle esquisse amusée. Il l'avait l'habitude de se faire frapper non ? Il l'avait dit. Un coup en plus, un coup en moins... cela ne changerait pas grand chose pas vrai ? « J'ai rien de cassé », qu'il dit lentement, « Je vais avoir que de jolis bleus. Et toi ? », il eut un bref geste de l'épaule. Il allait survivre. Ca faisait mal. Plus qu'il ne le disait. Mais il survivrait. « Ca devrait aller merci », c'était surtout qu'il préférait ne pas bouger pour le moment.

Il resta silencieux ensuite, se laissant le temps de s'habituer à la douleur. Il grimaça ici et là, ses lèvres finement pincées avant qu'il ne soupire doucement. Le pire n'était pas les maux qui frappaient sa peau mais les questions incessantes d'Aoki auxquelles il allait devoir répondre. « Tu devrais lui expliquer », lâcha-t-il finalement. « Histoire de le rassurer », il le regarda. Son ton était posé, tranquille, bien que son inquiétude brillait abondamment dans ses pupilles. « Ca lui ferait du bien de te voir aussi », même s'il savait que cela semblait risquer, il savait qu'Aoki en avait besoin. Il se pinça les lèvres. « Quand tu ressembleras moins à un punching-ball par contre », il hocha quelque peu son visage, finement amusé, « D'ailleurs », enchaîna-t-il, « Pourquoi ils en veulent à Aoki ? », le questionna-t-il, ses sourcils se fronçant quelque peu, agacé à l'idée que l'on puisse vouloir faire du mal au plus jeune.

AVENGEDINCHAINS



_________________
all it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Im Je Ha

avatar

Messages : 26
That's where I live : Tadanashi ~
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: stop hurting him | ft Je Ha ♥   Mar 6 Mar - 16:43


"Stop hurting him"
ft. Aoki ♥



Il n’avait pas d’explications sur le pourquoi il s’inquiétait autant pour Aoki ni comment c’était possible de s’attacher aussi rapidement à une personne. Hors, c’était bel et bien le cas, Je Ha appréciait ce garçon. Il avait quelque chose que d’autres n’avaient pas, il avait cette générosité à toute épreuve, cette douceur et une innocence profonde qui le caractérisait. Peut-être était-ce égoïste mais plus que tous ceux que le jeune homme avait rencontré jusqu’à présent, l’étudiant avait été le seul à ne pas s’arrêter à son apparence, à lui accorder une importance qu’il ne pensait pas mériter et il lui avait donné l’envie d’approfondir sa curiosité… C’était quelque chose d’inexplicable puis c’était vrai, dans la vie, il y avait des choses qu’on ne pouvait pas décrire, qu’on ne pouvait pas comprendre et qu’on ne comprendrait jamais. Probablement que sans avoir besoin de parler, ils avaient décelé au travers des gestes, au travers d’un regard ou d’un baiser, ces cicatrices qui peignaient le cœur de chacun… C’était la première fois de toute son existence que Je Ha avait ressenti le souhait de faire un effort, avait éprouvé cette envie d’aller de l’avant et de ne pas se morfondre de ce passé qui avait de lui la personne qu’il était aujourd’hui. Si on pouvait penser le contraire, il n’en était pas spécialement fier néanmoins il s’en fichait parce que jusqu’à maintenant, il n’avait jamais rien du à qui que ce soit… Qu’on le juge pour le fils de son père, qu’on le juge parce qu’il ne respectait pas les règles, parce qu’il ne correspondait pas aux normes et que ses habitudes étaient plus qu’étranges, déplacées, voir même illégales, ça ne lui avait jamais posé de problèmes. C’était ainsi qu’était sa vie et aujourd’hui encore, il ignorait si cette façon de vivre finirait par changer. Elle le rattrapait toujours. Et s’il avait choisi d’agir au moins une fois correctement dans son existence, c’était pour ne pas mêler son petit ami dans ce monde de débauche dans lequel lui avait toujours vécu. Aoki méritait plus que ça. Il méritait plus que de sortir avec un drogué qui trafiquait discrètement pendant son travail et qui passait les trois quarts du temps à se battre parce qu’il n’y avait que ça qui lui permettait de libérer toute cette pression, toute cette haine et cette rancœur qui se posait sur ses épaules.

Dès le départ, il n’aurait jamais dû mêler le plus jeune à ses histoires. Dès le départ, il aurait dû le rejeter puis l’ignorer. Quand ces hommes avaient aussitôt commencé à l’interroger l’autre jour et à lui attirer des ennuis, il avait regretté ses actes. Non pas parce qu’on l’attaquait, parce qu’on le menaçait mais parce que par sa faute, par son incompétence, Aoki était en danger. Pouvait-on sérieusement lui en vouloir de ne pas avoir souhaité le mettre au courant de la situation, d’avoir souhaité l’écarter de tout problème et d’avoir tout simplement voulu le protéger ? Certes, sûrement qu’il s’y était pris maladroitement cependant les relations sociales étaient loin d’être sa tasse de thé… Tout ce qu’il désirait était de l’aider et que l’étudiant ne se tracasse pas pour rien à son sujet. Parce que s’il lui en avait parlé, n’était-ce pas ce qui serait arrivé ? Est-ce que ça n’aurait pas aggravé la situation ?

Un faible sourire orna ses lèvres, amusé par la réaction de son vis-à-vis qui l’applaudit malgré tout en tapotant ses doigts contre le sol. Ce n’était pas parce qu’il était habitué que c’était une raison pour l’achever… Il en avait encaissé des coups ces derniers jours, il commençait à atteindre sa limite. « Ça va. » C’était un mensonge et Ryota s’en doutait certainement cependant Je Ha n’avait jamais été du genre à se plaindre puis, ça allait, il avait un mental d’acier, il supporterait. Un nouveau soupir s’échappa de sa bouche tandis qu’un silence s’installait doucement dans la pièce. Il était épuisé, vraiment et il avait beau réfléchir encore et encore, il en revenait toujours à la même conclusion. Tout ce cirque ne pouvait plus durer.

Ses iris s’égarèrent en direction de son vis-à-vis, le fixant avec intensité alors qu’intérieurement, il ne pouvait s’empêcher de se demander ironiquement si le grand frère n’était pas en train de plaisanter. « Je ne veux pas le voir. » Qu’il répondit naturellement, d’une voix ferme mais calme, juste pour signaler qu’il ne reviendrait pas sur ce sujet-là. « Mais je le contacterais. » Pour le rassurer, pour s’excuser aussi probablement de ne pas avoir été assez clair et de l’avoir fait douter... Pour avoir été distant et pour lui avoir parlé brusquement la dernière fois où ils s’étaient vus. « Moi-même, je ne sais pas. » Il n’avait pas cherché à comprendre ce soir-là, la sécurité d’Aoki ayant été sa priorité. « On devait se retrouver un jour et quand je suis arrivé, ces gars l’avaient emmené. » C’était exactement le genre de type à s’emporter pour un rien et à vouloir se débarrasser d’une cible par peur que celle-ci leur créé des ennuis par la suite. « J’ai fait ce que j’ai pu mais ça n’a pas suffi apparemment… » Savoir qu’ils risquaient de se faire emprisonner par un témoignage de l’étudiant ne devait pas les rassurer, principalement après ce qu’ils lui avaient fait et que le concernant, ils étaient allés jusqu’à le poignarder. « Je trouverais une solution. » Il y réfléchissait déjà en réalité mais ceci, son interlocuteur n’avait nullement besoin de le savoir. « En attendant, je ne veux pas le voir. Ces hommes ne sont pas du genre à plaisanter. » Peut-être qu’il en perdrait la vie, il s’était également préparé à cette éventualité mais il avait la ferme intention de rester muet jusqu’au bout et il se battrait.




_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sugawara Aoki

avatar

Messages : 23
Age : 24
That's where I live : Juhei
Date d'inscription : 11/02/2018
♦♦♦

MessageSujet: Re: stop hurting him | ft Je Ha ♥   Mer 7 Mar - 18:46


Je Ha & Aoki/Ryota

stop hurting him


Peut-être que Ryota aurait dû réagir de cette façon des années auparavant. Peut-être que s'il avait été aussi protecteur à l'époque, Aoki n'aurait pas été emmené. Bien sûr, il ne se prenait pas vraiment la tête de savoir si oui ou non cela pourrait effectivement être le cas. Car il ne saura jamais. Cependant, cela ne l'empêchait pas de se poser la question. Après tout, n'était-ce pas ce qui avait manqué pour dissuader cet homme de s'en prendre à Aoki ? N'était-ce pas cette présence toujours près du cadet qui avait manqué pour que l'entraîneur décide de ne pas l'approcher ? Pour qu'il comprenne qu'il ne pourrait pas lui faire du mal sans que personne ne soit au courant ? Peut-être bien que oui. Peut-être bien que non. Peut-être que cela n'aurait rien changé. Mais peut-être que cela aurait été tout le contraire.
A l'époque, personne ne restait près d'Aoki pour s'assurer qu'il aille bien. Personne ne restait présent à ses côtés toute la journée simplement pour vérifier que rien ne sortait de l'ordinaire. Tout le monde avait entendu ses silences mais personne ne s'était penché pour écouter ses cris. Tout le monde avait noté son sourire absent, son incompréhension flagrante, sa confusion persistante, mais personne ne lui avait demandé pourquoi. Personne n'avait pris le temps de s'arrêter deux minutes pour laisser le plus jeune s'exprimer. Sur ce qu'il pensait, sur ce qu'il voulait, sur ce dont il n'était plus sûr. Personne, pas même lui. Peut-être bien qu'il avait été le seul à noter les changements dans le comportement du plus jeune. Cela n'excusait pas le fait qu'il n'avait rien fait ou dit. Cela ne pardonnait pas le fait qu'il était resté en retrait et qu'il avait simplement observé en silence. Dans le fond il n'existait probablement aucune excuse qui justifierait son manque d'action. Dire qu'il était toujours dans la réserve, dans la partie neutre parce que les conflits l'épuisaient, dire qu'il était du genre à n'en avoir rien faire de ce qu'il se passait autour de lui à cette période-là... Ces arguments n'étaient clairement pas valides. Et sans doute qu'il était le dernier en droit à donner des leçons à ceux qui s'approchaient trop près de son frère aujourd'hui. Parce qu'il n'avait pas empêché cet homme de lui faire du mal.
Peut-être qu'à ce moment-là, il avait tout bonnement opté pour cette solution, mimant indirectement les réactions de Mitsuo et de leur mère. Peut-être qu'au fond, il leur ressemblait plus qu'il ne le croyait.
Sauf que lui avait changé. La disparition d'Aoki avait été un tel choc. Un peu comme un réveil un peu trop brutal. Un peu comme une claque en pleine figure, les éléments se mettant en place quand il comprit qu'Aoki ne reviendrait pas. Pas tout de suite, du moins. Il avait cru qu'il était définitivement parti. Puis il avait espéré qu'il revienne à la maison. Avant de croire qu'il l'avait perdu à jamais. Pour finalement croire qu'il était encore en vie. Il oscillait entre deux pôles sans jamais réellement pouvoir se poser, mais articulant sans hésiter qu'il était persuadé qu'Aoki était encore là, quelque part, et qu'il rentrerait un jour ou l'autre.
Comprendre ce qu'il s'était passé, saisir qu'il aurait pu intervenir pour changer la donne et accepter le fait que oui, cet homme avait bien emmené Aoki avec lui avait été une gifle tellement grande qu'elle le marqua à jamais.
La seconde fut au retour de son cadet. En le voyant dans cet état et en voyant que tout le monde lui tournait le dos. Encore. Alors qu'ils auraient tous dû le soutenir. Qu'ils auraient tous dû comprendre de leurs erreurs passés. Pour eux, mais surtout pour Aoki. Être présent pour lui était la moindre des choses. Il avait été le seul à lui accorder du temps, de l'énergie et de l'amour. Il avait été le seul à lui apprendre tout ce qu'il avait manqué, à passer des soirées entières avec lui. Même s'ils ne parlaient pas, même s'ils ne bougeaient pas, au moins il était là.
Il ne pourrait jamais oublier ce qu'il n'avait pas fait, et ce qu'il aurait dû faire. Néanmoins, il avait appris à en tirer avantage. A comprendre où il avait fait une faute. Il avait grandi, et mûri. Il n'avait jamais passé autant de temps avec son cadet qu'après son retour. Et il ne regrettait rien.
Il ne pouvait pas changer le passé. S'il le pouvait, cela serait déjà fait. Il n'avait pas été présent autrefois, il ne pouvait pas changer cela non plus. Hors il était là aujourd'hui, et il comptait bien le rester. Il comptait bien lui façonner un avenir à son image. Un futur qu'il méritait. Un demain de plus en plus brillant et doux.

Et peut-être que son attitude envers Je Ha n'était pas juste. Peut-être qu'elle n'était pas justifiée non plus. Pour les autres. Pour lui, elle l'était. Il l'avait classé sans chercher à le connaître, simplement parce qu'il craignait pour la sécurité de son frère. Il avait compris en venant ici et en voyant ces hommes que le croupier marchait dans le même sens. Il n'avait pas dénoncé Aoki. Il n'arriverait probablement jamais à exprimer à quel point il appréciait cela, mais il lui était grandement reconnaissait. C'était un acte qu'il n'était pas prêt d'oublier non plus.

Ses prunelles le dévisagèrent lentement mais il ne dit rien, se contentant de l'observer en silence. Evidemment qu'il ne pouvait pas le voir. Il en était bien conscient, cependant il savait que cela soulagerait Aoki. Il ne voulait pas le voir triste ou abattu. Il ne voulait pas qu'il se torture l'esprit seul dans son coin. Il hocha la tête en silence dans une mine compréhensive, suivi d'un petit haussement d'épaules. Il avait tenté au moins, ce n'était pas une mauvaise chose pas vrai ? « D'accord », murmura-t-il dans un air songeur. Il ne comprenait vraiment pas pourquoi ces types en avaient après Aoki. Ce n'était pas comme si ce dernier était le mal en personne. Au contraire, il était bien trop bon pour ce monde alors pourquoi voudrait-on le blesser ? « Apparemment pas », commenta-t-il sans aucune once de reproche dans la voix. C'était là une simple constatation. Ces hommes étaient du genre à suivre l'idée qu'ils avaient en tête, peu importait qui se montrait sur leur chemin. Il le détailla à nouveau, un sourcil faiblement levé. Une solution ? En existait-il vraiment une ? Sans doute. Mais lui ne l'avait pas. La police ne serait sûrement pas géré cette situation. Et même s'ils enfermaient ces types-là, personne ne pouvait lui assurer que d'autres ne seraient pas envoyés. Un faible soupir mourut contre ses lèvres et il secoua une nouvelle fois son visage. Il ne dit rien. Il n'y avait rien à dire. Je Ha était sage en agissant ainsi, en éloignant Aoki de sa personne. Même si cela était douloureux pour son cadet. C'était sans doute plus raisonnable d'attendre qu'une solution vienne se présenter.

Il resta muet durant de longues minutes, contemplant dans un air absent les murs face à lui. Il songeait déjà à ce qu'il allait devoir dire à Aoki concernant ses blessures. Un autre souffle quitta ses lèvres et il se redressa, non sans mal et sans grimacer, se disant qu'il trouverait bien quelque chose à raconter. Il déclara lentement qu'il allait rentrer. Il ne souhaitait pas laisser son cadet seul plus longtemps. Et maintenant qu'il avait des explications, il n'avait plus de raisons de rester ici. « Soigne-toi bien » fut les derniers mots qu'il prononça avant de quitter l'appartement de Je Ha.

AVENGEDINCHAINS



_________________
all it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Contenu sponsorisé


♦♦♦

MessageSujet: Re: stop hurting him | ft Je Ha ♥   



Revenir en haut Aller en bas
 

stop hurting him | ft Je Ha ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bleach - 97 - Let Stop The Pendulum
» Effet Sonnore Stop Motion , Arene Raw
» One Piece 524 : No one can stop this now
» Mes stop motion (en gif)
» stop motion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beyond Borders :: Résidences-